• Mémoire de fille de Annie Ernaux Mémoire de fille de Annie Ernaux

    Mon avis

    J'ai bien aimé la première partie quand Annie Ernaux revient sur ce qui s'est passé ce fameux été 58 mais j'avoue que je me suis vite lassée de son ruminage. Nous avons toutes eu une première fois plus ou moins agréable, mais est il nécessaire la ressasser tout au long de sa vie ? 

    J'ai trouvé ce texte très froid sans émotion à la limite du robotique. C'est la première fois que je lis cette auteure, parce qu'elle m'a souvent été vantée mais je reste sur ma faim.

    Dans la catégorie FAMILLE

    Mémoire de fille de Annie Ernaux

    Mémoire de fille de Annie Ernaux

     


    6 commentaires
  • Le jour où j'ai appris à vivre de Laurent Gounelle 

    4ème de couverture :

    Imaginez : vous vous baladez sur les quais de San Francisco un dimanche, quand soudain une bohémienne vous saisit la main pour y lire votre avenir. Amusé, vous vous laissez faire, mais son regard se fige, elle devient livide. Ce qu'elle va finalement vous dire, vous auriez préféré ne pas l'entendre. À partir de là, rien ne sera plus comme avant, et il vous sera impossible de rester sur les rails de la routine habituelle. 
    C'est ce qui va arriver à Jonathan. À la suite de cette rencontre troublante, il va se retrouver embarqué dans une aventure de découverte de soi ponctuée d'expériences qui vont changer radicalement sa vision de sa vie, de la vie... 

    Mon avis

    J'ai tout d'abord eu l'impression de me plonger dans un Marc Levy ! Bon pourquoi pas ?une lecture un peu légère ça ne fait pas de mal...

    Et puis il y a des messages distillés tout au long du récit qui font réfléchir sur notre vision de la vie, des petits jeux que je me suis moi même amusé à faire. 

    On sent l'auteur engagé dans le développement personnel, l'écriture est fluide agréable les personnages attachants. ça se lit bien, il m'en restera sans doute peu de chose mais c'est une première approche qui peut plaire avant de fouiller un peu plus profondément dans ces théories et autres mises en pratique. 

    Le jour où j'ai appris à vivre de Laurent Gounelle

    Le jour où j'ai appris à vivre de Laurent Gounelle

     


    8 commentaires
  • Vernon Subbute de Virginie Despentes

    4ème de couverture :

    Qui est Vernon Subutex ?
    Une légende urbaine.
    Un ange déchu.
    Un disparu qui ne cesse de ressurgir.
    Le détenteur d'un secret.
    Le dernier témoin d'un monde révolu.
    L'ultime visage de notre comédie inhumaine.
    Notre fantôme à tous.

    Mon avis

    Voici l'histoire d'un homme qui se retrouve à la rue après une vie tranquille entre potes et musique. Un homme qui perd ses repères ses espoirs, fait le point sur sa vie, sans regrets, se souvient de ses amis, ceux qui sont partis et ceux chez qui il squatte et qui peu à peu s'efface.

    De son écriture nerveuse Virginie Despentes nous dresse les portraits de ces personnages foutraques qui baignent dans  la musique le sexe et la drogue, et décrit sans concession ni langue de bois la décadence d'une société.

    Sans détour, elle ne nous ménage pas, ne nous laisse aucun répit et nous entraine comme dans un concert de rock où ça claque ça pète ça déménage et nous laisse vidé. Mais on referme le livre avec la ferme envie d'y retourner. 

    Vernon Subbute de Virginie Despentes

    dans la catégorie PRENOM

    Vernon Subbute de Virginie Despentes

     

    Vernon Subutex de Virginie Despentes


    7 commentaires
  • Trois Ex de Régine Detambel

    4ème de couverture : 

    Créateur tourmenté, orgueilleux et vantard, August Strindberg se maria trois fois - trois unions ratées, terribles, destructrices, chaque fois empoisonnées par la jalousie, puis compliquées par la misère omniprésente, due principalement aux échecs éditoriaux ou théâtraux du maître, que la critique lacéra systématiquement. Bonheurs, tensions, drames, Trois ex est le roman de ces divorces et de ces excès.

    Mon avis

    Si vous avez envie d'imaginer qu'elle peut être la vie de 3 femmes avec un homme odieux, ce livre est parfait. Le personnage D'August Strindberg est présenté de son plus mauvais profil, car c'est de l'homme en privé dont nous dresse le portait Regine Detambel et autant vous dire que ce n'est pas beau à voir. Après un temps de séduction plus ou moins long où ces 3 jeunes femmes vont tombé sous le charme c'est dans un enfer que leur vie va se poursuivre avec toutes les bassesses dont un homme peut être capable.

    Autant vous dire que les 144 pages de ce livre sont largement suffisantes pour cerner le personnage qui a été honoré par ces compatriotes pour ne pas avoir reçu de prix Nobel ! Un  monde d'hommes. 

    Trois Ex de Régine Detambel


    1 commentaire
  • Tuer le père de Amélie Nothomb

    4ème de couverture

    Allez savoir ce qui se passe dans la tête d’un joueur. A. N.

    Cette tragique et folle histoire, Amélie la raconte avec son habituelle alacrité. Si noires que soient ses visions, si vives ses critiques de notre société de faussaires, elle sait danser avec elles. Il y a, bien sûr, un peu de magie là-dedans. Marie-Françoise Leclère, Le Point.

    Un anguleux jeu de miroir pour un roman codé très noir, à l’image de son auteur. Laurent Boscq, Rolling Stone.

     

    Mon avis

     

    A nouveau un texte qui m'a plu, toujours la même verve, la légende d'Oedipe revu par Amélie Nothomb dans le monde de la magie. 

     

    C'est agréable, vivant, original, un bon moment de lecture, toujours un peu court !

     

    Tuer le père de Amélie Nothomb

    dans la catégorie FAMILLE

    Tuer le père de Amélie Nothomb

    d'un auteur BELGE

    Tuer le père de Amélie Nothomb

     

    Tuer le père de Amélie Nothomb


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique