• Amoursky boulevard de Jacques Enaux

    4 ème de couverture

    Pour tromper l’ennui et mettre à profit ses six mois de convalescence, Jacques, célibataire endurci, s’inscrit sur un célèbre site de rencontres. Moins d’un an plus tard, enfin guéri, il décide de partir rencontrer Tatiana, la jeune femme avec laquelle il entretient une correspondance prometteuse, et se met en route pour Khabarovsk, aux confins de l’Extrême-Orient russe, à plus de 10 000 km de chez lui. Avec beaucoup d’humour, sans concession et tambour battant, il nous déroule son histoire, touchante et vraie, d’une rare fraîcheur. Car sur place, rien ne se passe comme prévu. Découvertes et péripéties s’enchaînent, jusqu’à prendre un tour totalement inattendu...

    Mon avis

    Alors que le début du roman est plutôt froid et factuel, lorsque Jacques part en Russe cela devient vraiment passionnant. Comme si le narrateur revivait en découvrant ce pays et attisait notre curiosité au fil des pages. 

    Même si rien ne se déroule comme il l'a imaginée, son histoire qui semble pourtant improbable est pleine de fraicheur, de spontanéité et de réalisme aussi. nous entrons dans l'intimité de la vie moderne en Russie lloin des vieux clichés qui perturbe.

    Une comédie romantique bien agréable et instructive. 

    Amoursky boulevard de Jacques Enaux

     

    Merci aux Editions  Amoursky boulevard de Jacques Enaux

    dans la catégorie LIEUX

    Amoursky boulevard de Jacques Enaux

    Amoursky boulevard de Jacques Enaux

     


    2 commentaires
  • Bel et moi de Jacques Perry

    4ème de couverture  

    Louis, vieil écrivain diminué et dépressif, qui vit retiré avec sa jeune épouse Julie, s’approche de ses 90 ans, lorsqu’un jeune admirateur le contacte pour écrire un livre sur lui. Le jeune homme s’installe très vite au domicile du couple, dont il partage la vie. Bel, comme l’a surnommé Louis, entreprend d’interroger son aîné, qu’il a rebaptisé Tom. Très vite, Bel décide de séduire Julie.

    Dans cet ultime texte, goguenard et touchant, Jacques Perry, disparu le 23 avril 2016, trouve dans le regard naïf de son jeune avatar la force de se regarder vieillir avec amusement, mais aussi le désir violent de conquérir à travers lui, une dernière fois, la femme qu’il aime.

     Mon avis

     J'avoue avoir refermé ce livre en me demandant bien ce que j'allais en dire ! La première partie n'est pas mal, Bel s'installe chez Tom / Louis et on fait connaissance. Oui cet homme est sur la pente descendante un peu dépressif, diminué mais au final c'est assez réaliste, agréable et bien écrit, drôle même parfois.

    La deuxième partie m'a laissée perplexe quand on comprend vraiment ce qui se trame dans cette maison. Je n'en dirai pas plus pour ne pass poiler et peut être révélé le seul interêt du livre ! 

    Je crois que je suis passée à coté, peut être pas le moment pour moi de lire ce genre d'histoire.

    Bel et moi de Jacques Perry

    merci aux éditions Le bateau Ivre

     


    2 commentaires
  • David Bowie n'est pas mort de

    4ème de couverture :

    " Ma mère est morte. Mon père est mort. David Bowie est mort. Ce ne sont pas uniquement de mauvaises nouvelles. " 
    À un an d'intervalle, Anne, Hélène et Émilie perdent leur mère, puis leur père. Entre les deux, David Bowie lui aussi disparaît. Dans l'enfance d'Hélène, la " soeur du milieu ", le chanteur a eu une importance toute particulière, dont le souvenir soudain ressurgit. Alors, elle commence à raconter... Sur les thèmes inépuisables de la force et de la complexité des liens familiaux, de la place de chaque enfant dans sa fratrie, voici un roman d'une déconcertante et magnifique sincérité.

    Mon avis

    La mort des parents à un an d'intervalle et au milieu ou presque celle de David Bowie ou comment certaines morts réaniment des sensations ou de vieux souvenirs ?

    Comment la mort entraine des changements dans les relations dans la famille entre frères et soeurs (soeurs en l'occurrence dans ce livre) ? Comment la mort peut nous donner un autre regard sur la personne décédée ? Nous faire découvrir certains pans de sa vie ? 

    C'est ce que nous raconte Sonia David dans ce livre. Une histoire qui réanimet nos propres sensations lors de cette perte ou nous interrogent sur ce moment à venir pour ceux qui ne l'ont pas vécue. 

    Une histoire qui reste personnelle et du coup tellement intime que l'on se sent un peu en retrait. 

    Un bon équilibre entre les 2 premières parties sur la mort de la mère et celle du père mais qui est moins spontanée, plus travaillée et un peu superficiel avec la mort de David Bowie.

    David Bowie n'est pas mort de Sonia David

    Dans la catégorie MORT

    David Bowie n'est pas mort de Sonia David

    David Bowie n'est pas mort de Sonia David

    David Bowie n'est pas mort de Sonia David


    6 commentaires
  • Neverland de Timothée de Fontenelle

    4ème de couverture

    « Je suis parti un matin d’hiver en chasse de l’enfance. J’avais décidé de la capturer entière et vivante. “Regarde, elle est là, tu la vois ?”Je l’avais toujours sentie battre en moi, elle ne m’avait jamais quitté. Mais c’était le vol d’un papillon obscur à l’intérieur, le frôlement d’ailes invisibles dont je ne retrouvais qu’un peu de poudre sur mes bras au réveil. »
    Neverland est un retour au pays d’enfance, un irrésistible voyage vers ces hauts territoires perdus que nous portons tous en nous.

    Mon avis

    Que nous reste t il de notre enfance ? Des bribes d'instants ? Des souvenirs ? Des émotions ? Ce pays imaginaire a t il vraiment existé ? Pourrait on y revenir ? Et quand on revient sur ces pas que retrouve ton vraiment ? 

    " L'enfance n'habite  pas la mémoire. Elle  habite notre chair et nos os. Même abîmés par elle, dressés contre elle,  nous sommes faits de notre enfance, adossés à ses murs sombres. Elle est tout ce qui reste à ceux qui ont dit qu'ils n'ont pas eu.

    Je sens encore bouger en moi le corps de l'enfant. Ce corps qui ne s'arrête jamais petit moulin poussé par une force inconnue. L'enfant aux lèvres bleues qui se baigne des heures. L'enfant endormi sur une valise. L'enfant qui s'habille tout seul dans la maison qui dort. L'enfant qui s'appuie sur le vent en écartant les bras. L'enfant perdu dans la rue. L'enfant qui mange. L'enfant clown. L'enfant qui a mal. L'enfant qui écrit. L'enfant qui court. L'enfant qui s'est bien caché qu'on l'a oublié. L'enfant qui parle seul. L'enfant qui pleure seul. L'enfant penché sur son genou blessé. L'enfant qui a chaud. L'enfant qui traîne un arbre mort. L'enfant sous la pluie. L'enfant avec aux pieds plus de boue que de bottes. L'enfant qui sourit de fatigue. L'enfant dans la grande descente à vélo, un cri tapi en lui.  L'enfant qui écoute une histoire. L'enfant avec des talons hauts. L'enfant qui tremble. L'enfant au soleil. L'enfant qui attend l'heure." 

    Dans son style vif et poétique à la fois, Timothée de Fombelle nous interpelle nous interroge en portant témoignage de sa propre enfance. 

    "Je croise souvent les résurgences de ce temps dans ma vie. L'enfance affleure. Cela peut être l'engourdissement d'une sieste, le goût des larmes.  Il y a des petites incisions dans ma peau et j'y colle les lèvres."

    Un texte dense, riche rempli d'émotions, de sensations, de ressentis, d'images, d'odeurs et de gouts. 

    Dans la catégorie LIEU

    Neverland de Timothée de Fombelle

    Neverland de Timothée de Fombelle

    Neverland de Timothée de Fombelle


    6 commentaires
  • Anguille sous roche de Ali Zimir

    4ème de couverture

    Quelque part dans l océan Indien, une jeune femme se noie. Ses forces l abandonnent mais sa pensée, tel un animal sur le point de mourir, se cambre : dans un ultime sursaut de vie et de révolte, la naufragée nous entraîne dans le récit de sa vie... 
    Roman aussi étourdissant qu'envoûtant, qui n'est pas sans rappeler L'Art de la joie de Goliarda Sapienza par la beauté de son héroïne et la force de sa langue, Anguille sous roche est un miracle littéraire.

    Mon avis

    Une seule phrase sur 317 pages ... étonnant, des virgules seulement ponctuent ce texte où les phrases défilent comme les pensées dans la tête de cette jeune fille qui se noie. Une ambiance particulière  : un père Connait Tout insupportable, une soeur Crotale indifférente ou presque, un amant Vorace ...des noms étranges mais qui donne déjà une idée des personnages, et cette Anguille la narratrice insaisissable ...

    Insaisissable voilà le mot qu'il me reste en refermant ce livre, une histoire comme des petits papiers mis bout à bout je n'irai pas jusqu'à dire sans queue ni tête mais presque. L'histoire se construit peu à peu mais j'ai mis longtemps à comprendre où elle voulait nous emmener, ce qu'elle cherchait à nous dire. 

    Un livre à lire pour l'expérience du style et le final, la partie qui m'a le plus émue par son réalisme et les émotions qu'il engendre. 

    Dans la catégorie ANIMAL

    Anguille sous roche de Ali Zamir

    Anguille sous roche de Ali Zamir


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique