• Scipion de Pablo Casacuberta

    4ème de couverture

    Aníbal n'a jamais été à la hauteur des attentes de son père, illustre historien. Chassé de l'université, il a sombré dans l'alcoolisme. Deux ans après sa mort, il reçoit sa part du testament : trois boîtes à l'étrange contenu. Ce père qu'il n'a fait que décevoir lui jouerait-il des tours depuis sa tombe ? Indigné et un brin maniaque, Aníbal part en guerre pour récupérer l'héritage familial...


    Né en 1969 en Uruguay, Pablo Casacuberta est peintre, photographe, cinéaste et romancier. Il est l'auteur de cinq romans devenus célèbres dans toute l'Amérique latine.

    Mon avis

    Anibal, fils mal aimé ? rejeté ? C'est ce qu'il voudrait nous faire croire en tournant au tour de son nombril quasiment tout le roman. Il nous présente son père comme un égoïste qui n'a su que lui mettre des bâtons dans les roues pour faire capoter toutes ces tentatives d'avancer. Tout cela est mis en parallèle de l'histoire avec un grand H, dont l'homme, le père était un expert.

    Et comme ça m'a agacé, comme j'avais envie de le secouer cet Anibal, lui dire d'ouvrir les yeux, de se bouger au lieu d'attendre ... ça a duré 188 pages, 188 pages pendant lesquelles je me suis demandé si je continuais ou si j'arrêtais...Quand tout à coup on sort de sa tête et on commence à agir. Alors c'est du grand n'importe quoi mais ça devient drôle, à la fois léger et dramatique et ces quelques pages restantes ont sauvé ma lecture.

     

    Scipion de Pablo Casacuberta

    dans la catégorie PERSONNAGE CELEBRE

    Scipion de Pablo Casacuberta

    Scipion de Pablo Casacuberta

     


    4 commentaires
  • Les larmes noires sur la terre de Sandrine Collette

    4ème de couverture

    Il a suffi d'une fois. Une seule mauvaise décision, partir, suivre un homme à Paris. Moe n'avait que vingt ans. Six ans après, hagarde, épuisée, avec pour unique trésor un nourrisson qui l'accroche à la vie, elle est amenée de force dans un centre d'accueil pour déshérités, surnommé "la Casse".

    La Casse, c'est une ville de miséreux logés dans des carcasses de voitures brisées et posées sur cales, des rues entières bordées d'automobiles embouties. Chaque épave est attribuée à une personne. Pour Moe, ce sera une 306 grise. Plus de sièges arrière, deux couvertures, et voilà leur logement, à elle et au petit. Un désespoir. Et puis, au milieu de l'effondrement de sa vie, un coup de chance, enfin : dans sa ruelle, cinq femmes s'épaulent pour affronter ensemble la noirceur du quartier. Elles vont adopter Moe et son fils. Il y a là Ada, la vieille, puissante parce qu'elle sait les secrets des herbes, Jaja la guerrière, Poule la survivante, Marie-Thé la douce, et Nini, celle qui veut quand même être jolie et danser. Leur force, c'est leur cohésion, leur entraide, leur lucidité. Si une seule y croit encore, alors il leur reste à toutes une chance de s'en sortir. Mais à quel prix ?

    Après le magistral Il reste la poussière, prix Landerneau Polar 2016, Sandrine Collette nous livre un roman bouleversant, planté dans le décor dantesque de la Casse.

    Mon avis

    Comme parlé de ce roman ? car il est plus que ça c'est une claque.

    Sandrine Collette sous prétexte de nous raconter la vie Moe nous embarque dans un camp de réfugiés, car oui c'est bien cela dont elle nous parle entre les lignes. Un roman d'anticipation ? c'est ce qu'elle voudrait nous faire croire alors que ça se passe aux portes de nos villes.

    Quel réalisme dans les conditions de vie ! Cette loi du plus fort omniprésente, la misère, la crasse, la violence parfois mais au delà de tout, alors que ce texte aurait pu être noir et plombant, la solidarité, l'espoir, 

    6 portraits de femmes que la vie n'a pas épargné depuis le début, tous plus forts les uns que les autres.

      C'est un coup de poing un coup de coeur, je retrouve la Sandrine Collette de noeud d'acier, avec un réel plaisir.

    Les larmes noires sur la terre de Sandrine Collette

    dans la catégorie COULEUR

    Les larmes noires sur la terre de Sandrine Collette

    Les larmes noires sur la terre de Sandrine Collette

     


    8 commentaires
  • Un parfum d'herbe coupée de Nicolas Delesalle

    4ème de couverture

    Le jour où mon père a débarqué avec son sourire conquérant et la GTS, j'ai fait la gueule. Mais j'ai ravalé ma grimace comme on cache à ses parents l'odeur de sa première clope. J'ai dit « ouais », j'ai dit « super », la mort dans l'âme, même si j'avais compris que la GTS pour la GTX, c'était déjà le sixième grand renoncement, après la petite souris, les cloches de Pâques, le père Noël, Mathilde, la plus jolie fille de la maternelle, et ma carrière de footballeur professionnel.
    N. D.
     
    À travers des instantanés de vie, Kolia convoque les figures, les mots, les paysages qui ont compté. Des petits riens qui seront tout. Remarquable et universel.
     

    Mon avis

    Autant de tableaux que de souvenirs, dans ces chapitres courts, petites histoires d'une vie d'enfant des instantanées de sensations, de déceptions, d'émotions.

    "la fenêtre est ouverte sur le printemps. L'air est doux, le cerisier en fleur"

    L'écriture est poétique, le ton légèrement nostalgique fait naitre un sourire au coin des lèvres plutôt que venir une larme au coin de l'oeil.

    Un parfum d'herbe coupée de Nicolas Delesalle

    dans la catégorie ALIMENT/BOISSON

    Un parfum d'herbe coupée de Nicolas Delesalle

    Un parfum d'herbe coupée de Nicolas Delesalle

    Un parfum d'herbe coupée de Nicolas Delesalle

     


    4 commentaires
  • Après toi de Jojo Moyes

    4ème de couverture

    Un an et demi après avoir exaucé le voeu de Will, qui souhaitait bénéficier du suicide assisté, Lou quitte sa ville natale où elle est la cible de critiques. Elle commence une nouvelle vie à Londres, mais elle a du mal à se conformer aux dernières volontés de Will qui lui recommandait de profiter de la vie.

    Mon avis

    Lecture légère pour les vacances, j'ai pris plaisir à retrouver Lou encore en période de deuil suite au suicide assisté de Will. Comment se reconstruire ? Faut il oublier ? Comment aimer à nouveau sans peur ? Où se faire aider ? Comment partager ? Ne pas culpabiliser. Saisir les chances qui se présentent ...

    ça aurait pu ronronner doucement mais la vie de Lou est pleine de surprises et de rencontres. On a envie qu'elle avance et en même temps on comprend ses peurs, Alors on la suit dans son boulot pas épanouissant mais qui lui permet de vivre. On retrouve sa famille aimante et parfois pesante et entrent en scène de nouveaux personnages attachants eux aussi.

    On y parle d'amour, de deuil de soutien de partage ... ça fait du bien. l'écriture est fluide et agréable tout glisse.

    Traduit de l'anglais (Angleterre) 

    Après toi de Jojo Moyes

    Couverture colorée 

    Après toi de Jojo Moyes

    Après toi de Jojo Moyes

     


    4 commentaires
  • Une forme de vie de Amélie Nothomb

    4ème de couverture

    «Ce matin-là, je reçus une lettre d'un genre nouveau.»

    Par une mise en abyme fictionnelle des plus réussies, la romancière dévoile ce qui fonde son rapport au langage et à l’écriture. En un mot, une forme de vie… Christine Rousseau, Le Monde des livres.

     

    Mon avis

     

    Encore un livre bien agréable à lire, et qui pour une fois me reste en mémoire. J'ai beaucoup aimé cette histoire qui a su me tenir en haleine sur la manière dont elle allait finir. Echange de courriers entre un soldat américain et l'auteure elle même, où le thème de l'obésité est une fois de plus abordé. 

     

    Un roman court mais fort, parfaitement bien écrit comme d'habitude. 

     

    Une forme de vie de Amélie Nothomb

    Auteur Belge

    Une forme de vie de Amélie Nothomb

     

    Dans al catégorie OBJET

    Une forme de vie de Amélie Nothomb

     

    Une forme de vie de Amélie Nothomb


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique