• La tête sous l'eau de Olivier Adam

    Présentation

    Vingt ans après Je vais bien, ne t'en fais pas, Olivier Adam nous plonge à nouveau La tête sous l'eau. Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l'air perdu. Il m'a pris dans ses bras et s'est mis à pleurer. Un court instant j'ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte. Puis il s'est écarté et j'ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : " On l'a retrouvée. Merde alors. On l'a retrouvée. C'en est fini de ce cauchemar. " Il se trompait. Ma soeur serait bientôt de retour mais nous n'en avions pas terminé.

    Mon avis :

    Dans ce roman à destination des 15 - 25, c'est Antoine qui prend la parole pour nous raconter comment il vit après la disparition énigmatique de sa soeur, Léa, entre son père un peu dépressif et une mère partie vivre avec son amant. Régulièrement des lettres écrites par Léa viennent ponctuer ses propos.

    Etrange sensation de relire "une partie de Badminton", une famille revient vivre en Bretagne après avoir passé des années à Paris, un père qui essaie d'écrire un roman mais finit par travailler pour un journal, une mère prof, un jeune homme qui découvre le surf et une jeune fille qui ne s'habitue pas à sa nouvelle vie et fait une fugue ! On reprend les mêmes et on les ressert à ne nouveau public !

    Le reste du roman est un peu différent et le sauve. 

    Une lecture qui vaut par la narration d'un ado et qui ne dure à peine plus de 4h, où Olivier Adam nous parle de ses sujets de prédilections : la famille, la disparition, la Bretagne.

    Bof

    La tête sous l'eau de Olivier Adam

    N°8 décembre 2020

    La tête sous l'eau de Olivier Adam 

    Catégorie 4 : Un livre dont le narrateur est un adolescent

    La tête sous l'eau de Olivier Adam

    dans la catégorie ALIMENT / BOISSON (1)

    La tête sous l'eau de Olivier Adam

    La tête sous l'eau de Olivier Adam

     


    2 commentaires
  • L'écho des morts de

    Présentation : 

    Pour fuir un drame familial, Joakim et Katrine Westin, une famille de Stockholm, ont décidé de s'installer dans le domaine d'Aludden, au nord-est de l'île d'Öland. Peu après, Katrine est retrouvée noyée et son mari sombre dans la dépression. Alors que d'inquiétantes légendes autour du domaine refont surface, la jeune policière chargée de l'enquête est vite convaincue qu'il ne s'agit pas d'un accident.

    L'interprétation de François Tavares rend parfaitement justice à ce suspens dont l'écriture raffinée, multiplie l'angoissante séduction. Prix du Meilleur polar Suédois

    Mon avis : 

    Joakim rejoint sa femme dans leur nouvelle maison dans laquelle ils font de travaux en vue de la louer à des vacanciers. Située sur l’île d’Öland, en Mer baltique, loin de tout, dans un lieu sauvage et dépaysant, cette maison raisonne des vies de tous ces habitants précédents et des terribles tempêtes hivernales. 

    Suite au décès a priori accidentel de Katrine la femme de Joakim, l'histoire va se construire, des secrets vont être dévoilés et peu à peu Joakim va se reconstruire. 

    A la limite du fantastique, entre secrets, tempêtes et fantômes, c'est un roman agréable et assez prenant. Les faits s'enchainent bien et nous tiennent en haleine, sans être malgré tout un tourbillon. Joakim et sa petite famille sont attachants, on a envie qu'ils s'en sortent. 

    J'ai trouvé le style un peu simpliste (à moins que ce ne soit la traduction !) François Tavares reste assez sobre dans son interprétation, ce qui en nuit en rien au récit. 

    L'écho des morts de

     

    L'écho des morts de

     

     

    D'un auteur suédois 

    L'écho des morts de

    L'écho des morts de

     

    Dans la catégorie CRIME JUSTICE (12)

    L'écho des morts de

     

     


    4 commentaires
  • La chanson de Martin de Jane Mery

    4ème de couverture

    Rose revient d’un voyage à New York. Dans l’avion, elle rencontre Woody, un guitariste. Il lui chante une ballade, la chanson de Martin. Ce morceau, dans la tradition des protest songs, raconte l’histoire d’un petit garçon noir dans l’Amérique raciste et ségrégationniste des années 1930. L’avion descend sur Paris et Woody disparaît. Rose ne pense plus qu’à lui et à l’histoire de Martin...

    Un voyage en musique folk (banjo, guitare, contrebasse) entre New-York et Paris, entre les années 1930 et aujourd’hui, à la découverte de Martin Luther King, du racisme, de la lutte antiraciste, pour les enfants dès 8 ans.

    Mon avis : 

    Après avoir passé quelques jours aux US avec ses parents, Rose est dans le vol du retour lorsqu'elle fait connaissance avec Woody un guitariste qui lui apprend la chanson de Martin. 

    A la limite du fantastique, nous voilà dans un monde imaginaire où Woody sous prétexte d'apprendre une chanson à Rose lui fait découvrir tout un pan de l'histoire des Etats Unis et en particulier du combat de Martin Luther King. 

    Une histoire bien menée, gaie et dynamique, entrainante qui peut aussi bien servir de support pour un cours d'histoire que pour un cours d'anglais. 

    Merci La chanson de Martin de Jane Mery et aux éditions 3 petits points

    La chanson de Martin de Jane Mery

    La chanson de Martin de Jane Mery

    Dans la catégorie SON

    La chanson de Martin de Jane Mery

     

    La chanson de Martin de Jane Mery


    votre commentaire
  • Lady Susan de Jane Austen

    Présentation

    Une veuve spirituelle et jolie, mais sans un sou, trouve refuge chez son beau-frère, un riche banquier. Est-elle dénuée de scrupules, prête à tout pour faire un beau mariage, ou juste une coquette qui veut s'amuser ? Le jeune Reginald risque de payer cher la réponse à cette question... 

    Mon avis

    Susan veuve sans le sou, est hébergée ici et là, mais où qu'elle aille, elle sème le trouble. 

    Roman épistolaire à la langue riche et surannée. Tous ceux qui côtoient cette chère lady Susan ne peuvent rester indifférents à son charme ou à sa perfide, à son intelligence ou à ses mensonges, à sa beauté ou à son égoïsme. Il en découle des lettres assez différentes qui nous permettent d'avoir une image de cette jeune femme qui se construit petit à petit. 

    Un vrai plaisir de la langue, du rythme et d'écoute.

    Lady Susan de Jane Austen

    D'une auteure anglaise 

    Lady Susan de Jane Austen

    Dans la catégorie PRENOM (11)

    Lady Susan de Jane Austen

    Lady Susan de Jane Austen

     


    2 commentaires
  • Heimaey de Ian Manook

    4ème de couverture

    Quand Jacques Soulniz embarque sa fille Rebecca à la découverte de l'Islande, c'est pour renouer avec elle, pas avec son passé de routard. Mais dès leur arrivée à l'aéroport de Keflavik, la trop belle mécanique des retrouvailles s'enraye. Mots anonymes sur le pare-brise de leur voiture, étrange présence d'un homme dans leur sillage, et ce vieux coupé SAAB qui les file à travers déserts de cendre et champs de lave... jusqu'à la disparition de Rebecca. Il devient dès lors impossible pour Soulniz de ne pas plonger dans ses souvenirs, lorsque, en juin 1973, il débarquait avec une bande de copains sur l'île d'Heimaey, terre de feu au milieu de l'océan.

    Un trip initiatique trop vite enterré, des passions oubliées qui déchaînent des rancœurs inattendues, et un flic passionné de folklore islandais aux prises avec la mafia lituanienne : après l'inoubliable Mongolie de sa trilogie Yeruldelgger et le Brésil moite et étouffant de Mato Grosso, Ian Manook, écrivain nomade, nous fait découvrir une Islande lumineuse, à rebours des clichés, qui rend plus noire encore la tension qu'en maître du suspense il y distille.

     

     

    Mon avis : 

     

    Je ne suis pas sure de lire cette série dans l'ordre mais peu importe ça se passe en Islande et chaque enquête est différente alors ... 

     

    Donc cette fois, un cadavre est trouvé dans un geyser, 2 kilos de drogue ont disparu lors d'un transfert, et un père et sa fille, venus en touristes, se retrouvent un peu pris au piège dans ces histoires en même que dans le passé du père. 

     

    C'est une nouvelle enquête pour Kornelius Jakobson, un peu rocambolesque parfois mais qui permet de voyager à travers l'Islande, et ça c'est que du bonheur. 

     

    Des bord de mer aux plages de sable noir au cratères volcaniques, des falaises au champs de lave, en passant par des petits chemins chaotiques ou des traversés en bateaux, nous n'avons que quelques minutes de répit pour se plonger dans des bains de sources chaudes. 

     

    C'est dépaysant, sauvage, tout ce que j'aime. 

     

    Heimaey de Ian Manook

    Heimaey de Ian Manook

    Heimaey de Ian Manook N°5 novembre 2020

    Dans al catégorie LIEU (12)

    Heimaey de Ian Manook

    Heimaey de Ian Manook

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique