• De fièvre et de sang de Sire Cédric

    4ème de couverture

    Entre cauchemar et réalité, la course folle de deux traqueurs de démons... 

    Une jeune fille se réveille entièrement nue et entravée sur un matelas couvert de sang. Elle sait qu'elle va mourir, toute tentative de fuite semble inutile. La douleur n'est rien en comparaison de la peur panique qui s'est emparée d'elle... Le commandant Vauvert mène l'enquête en compagnie d'une profileuse albinos, Eva Svärta. Personnage excentrique et hors norme, Eva a un véritable sixième sens qui fait d'elle une redoutable traqueuse de l'ombre. Ensemble, ils vont tenter de remonter la piste d'un tueur en série qu'ils croyaient mort et qui a pour habitude de vider entièrement ses victimes de leur sang. S'agit-il d'une réincarnation, d'un spectre, d'un homme, d'une femme, d'une créature d'un autre monde ? 

    Suspense, angoisse, horreur, sensations étranges, crises de démence, folie meurtrière, rite satanique... Un thriller oppressant qui entraîne ses auditeurs au-delà de la raison. 

    Mon avis : 

    L'histoire est à l'image de ce que peut écrire Sire Cédric, bien menée, gore, à la limite du fantastique, bien écrit avec des rebondissements qui tiennent en haleine sans paraitre trop tirer par les cheveux.

    On se laisse prendre au jeu de cette enquête avec le commandant Vauvert prêt à tout pour avancer et aller au bout de ses théories et la non moins intuitive Eva Svärta : un duo atypique et attachant.  

    La mise en musique apporte un effet encore plus angoissant et mystérieux et donne une grande ampleur au récit. 

    Les 4 lecteurs se partagent magnifiquement les rôles. 

    Un réel bon moment de lecture, un récit que j'aimerai voir porter à l'écran. 

    De fièvre et de sang de Sire Cédric

    De fièvre et de sang de Sire Cédric

    De fièvre et de sang de Sire Cédric

     

    De fièvre et de sang de Sire Cédric

    Dans la catégorie COULEUR

    De fièvre et de sang de Sire Cédric

    De fièvre et de sang de Sire Cédric


    votre commentaire
  • La Daronne de Hannelore Cayre

    Résumé du livre audio

    « Alors que j’entamais ma nouvelle carrière, Philippe, mon fiancé flic, prenait son poste comme commandant aux stups de la 2e DPJ.
    — Comme ça on se verra plus souvent, m’a-t-il dit, réjoui, en m’annonçant la nouvelle deux mois auparavant, le jour de sa nomination.
    J’étais vraiment contente pour lui, mais à cette époque je n’étais qu’une simple traductrice-interprète judiciaire et je n’avais pas encore une tonne deux de shit dans ma cave. »
    Comment, lorsqu’on est une femme seule, travailleuse avec une vision morale de l’existence… qu’on a trimé toute sa vie pour garder la tête hors de l’eau… qu’on a servi la justice sans faillir, traduisant des milliers d’heures d’écoutes téléphoniques avec un statut de travailleur au noir… on en arrive à franchir la ligne jaune ? Rien de plus simple, on détourne une montagne de cannabis d’un Go Fast et on le fait l’âme légère, en ne ressentant ni culpabilité ni effroi, mais plutôt... disons... un détachement joyeux. Et on devient la Daronne.
     

    Mon avis

    Une écoute jubilatoire tant par les talents de Isabelle Botton qui s'est appropriée le texte que par la tournure étonnante que prend l'histoire.
    Veuve assez jeune, la narratrice doit se débrouiller seule et élevée ses 2 filles. Forte de ses connaissances en langue arabe elle devient traductrice pour les services de polices et est au courant de fait de tout ce qui se trame dans les milieux des trafiquants. Par un concours de circonstances elle décide d'en profiter pour faire un pied de nez à la justice et "sauver" un délinquant. 
     
    C'est bien écrit, vif, drôle, documenté. Les personnages sont tous étonnants, et surprenants. On va surprise en surprise tout au long de l'écoute. Un peu moment de bonheur. 

    La Daronne de Hannelore Cayre

    La Daronne de Hannelore Cayre

    La Daronne de Hannelore Cayre

    dans la catégorie GROS MOT

    La Daronne de Hannelore Cayre

    La Daronne de Hannelore Cayre


    6 commentaires
  • Héloïse Ouille de Jean Teulé

    4ème de couverture

    À la fin de sa vie, Abélard écrivait à Héloïse :
    « Tu sais à quelle abjection ma luxure d'alors a conduit nos corps au point qu'aucun respect de la décence ou de Dieu ne me retirait de ce bourbier et que, quand, même si ce n'était pas très souvent, tu hésitais, tu tentais de me dissuader, je profitais de ta faiblesse et te contraignais à consentir par des coups. Car je t'étais lié par une appétence si ardente que je faisais passer bien avant Dieu les misérables voluptés si obscènes que j'aurais honte aujourd'hui de nommer. »
    Depuis quand ne peut-on pas nommer les choses ? Jean Teulé s’y emploie avec gourmandise.
     

    Mon avis

    Qui a pris le plus de plaisir ? Jean Teulé à l'écrire ou Dominique Pinon à le lire ? En tous les cas c'est un livre plein d'enthousiasme, de jouissance, de gourmandise, d'amour sans tabou, cru. 

    Héloïse, orpheline recueillie par son oncle se voit instruite par le meilleur professeur de lettre de l'époque. Rapidement, l'apprentissage si l'on peut dire se fait avec travaux pratiques !! 

    J'ai retrouvé avec plaisir la verve de Jean Teulé qui nous décrit un moyen âge loin de ce qui nous est enseigné. C'est drôle, enjoué agréable, dépaysant. 

    J'ai vraiment adoré, et doublement par l'excellente interprétation  de Dominique Pignon. 

     

    Héloïse Ouille de Jean Teulé

    Dans la catégorie PRENOM

    Héloïse Ouille de Jean Teulé

    Héloïse Ouille de Jean Teulé n°38 mai

    Héloïse Ouille de Jean TeuléAudiolivre

     


    2 commentaires
  • Sucre noir de Miguel Bonnefroy

    4ème de couverture

    Dans un village des Caraïbes, la légende d’un trésor disparu vient bouleverser l’existence de la famille Otero. À la recherche du butin du capitaine Henry Morgan, dont le navire aurait échoué dans les environs trois cents ans plus tôt, les explorateurs se succèdent. Tous, dont l’ambitieux Severo Bracamonte, vont croiser le chemin de Serena Otero, l’héritière de la plantation de cannes à sucre qui rêve à d’autres horizons. Au fil des ans, tandis que la propriété familiale prospère, et qu’elle distille alors à profusion le meilleur rhum de la région, chacun cherche le trésor qui donnera un sens à sa vie. Mais, sur cette terre sauvage, la fatalité aux couleurs tropicales se plaît à détourner les ambitions et les désirs qui les consument.   Dans ce roman aux allures de conte philosophique, Miguel Bonnefoy réinvente la légende de l’un des plus célèbres corsaires pour nous raconter le destin d'hommes et de femmes guidés par la quête de l'amour et contrariés par les caprices de la fortune. Il nous livre aussi, dans une prose  somptueuse inspirée du réalisme magique des écrivains sud-américains, le tableau émouvant et enchanteur d'un pays dont les richesses sont autant de mirages et de maléfices.   

    Lu par l'auteur 

    Mon avis

    Un livre d'aventures à la Robinson Crusoé, au charme un peu désuet mais passionnant. 

    Ce roman démarre par un naufrage sur une île des Caraïbes et un trésor perdu ... trésor qui sera le fil conducteur du reste de l'histoire.

    Une fresque sur plusieurs générations de femmes, aventures, trahissons, amour, soumission dans un décor exotique. Il y est question d'or ou de rhum qui rendent fous. 

    L'écriture est belle, parfois poétique, imagée, ou cruelle. Certains passages reviennent comme des leitmotiv donnant un rythme hors du temps. Les personnages féminins savent imposer leur pensée et les hommes se laissent mener. 

    Le ton un peu solennel de l'auteur amplifie l'aspect désuet de ce texte. 

    Un bon moment d'écoute dépaysant. 

    Sucre noir de Miguel Bonnefroy

    Dans la catégorie COULEUR

    Sucre noir de Miguel Bonnefroy

    Sucre noir de Miguel Bonnefroy

     

    Sucre noir de Miguel Bonnefroy  N°26 Aout 

    Sucre noir de Miguel Bonnefroy  Audiolivre


    votre commentaire
  • Le voyant de Jérome Garcin

    4ème de couverture

    "Le visage en sang, Jacques hurle : 'Mes yeux ! Où sont mes yeux ?' Il vient de les perdre à jamais. En ce jour d'azur, de lilas et de muguet, il entre dans l'obscurité où seuls, désormais, les parfums, les sons et les formes auront des couleurs. 
    "Né en 1924, aveugle à huit ans, résistant à dix-sept, membre du mouvement "Défense de la France", Jacques Lusseyran est arrêté en 1943 par la Gestapo, incarcéré à Fresnes puis déporté à Buchenwald. Libéré après un an et demi de captivité, il écrit Et la lumière fut et part enseigner la littérature aux États-Unis, où il devient "The Blind Hero of the French Resistance". Il meurt en 1971 dans un accident de voiture. Il avait quarante-sept ans. 

    La voix de Laurent Poitrenaux restitue avec justesse et pudeur le destin de Jacques Lusseyran, cet enseignant-écrivain qui résista au nazisme et dévora la vie en dépit de sa cécité.

    Mon avis

    Une belle découverte avec cette écoute d'abord d'un personnage extraordinaire, humain généreux dont je n'avais jamais entendu parlé puis d'un auteur à la belle plume. 

    Avec une écriture ciselée et poétique, précise et imagée, Jérome Garcin nous fait voir avec le yeux de Jacques Lusseyran, il nous ouvre les portes de ce monde inconnu au destin particulièrement riche de cet inconnu qui a pourtant vécu la grande histoire. 

    Une écoute passionnante portée par la voix de Laurent Poitrenaux qui sait gardé un rythme et une grande douceur à cette histoire.

    Le voyant de Jérome Garcin

    Le voyant de Jérome Garcin

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique