• Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee  

    Présentation

    Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus
    Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au coeur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis –, connut un tel succès.
    Mais comment ce roman est-il devenu un livre culte dans le monde entier ? C’est
    que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a
    écrit un roman universel sur l’enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de
    drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman
    initiatique. Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur
    s’est vendu à plus de 40 millions d’exemplaires dans le monde entier.

    Mon avis

    Un roman engagé et vivant. Nous suivons Scout dans sa vie de jeune fille, ses vacances, l'école, les copains, ses humeurs, ses critiques, son envie de comprendre le monde, la place de la fille / femme dans la société. 

    L'ambiance des US dans les années 30 est parfaitement rendu, tel un voyage dans le temps. L'auteur aurait pu s'arrêter là et la lecture en était déjà bien agréable mais il y a ce viol, l'incompréhension, les préjugés, la loi du plus fort contre celle de l'innocent. Tous les sujets abordés sont encore d'une grand actualité. 

    Un roman moderne magnifiquement porté par Cachou Kirsch.

    Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee

    Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee

    dans la catégorie ANIMAL 

    Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee


    7 commentaires
  • Matin brun de Franck Pavloff

    Présentation

    Publié par Cheyne Éditeur en 1998, Matin brun est un des plus grands phénomènes d'édition des 30 dernières années, vendu à plus de 2 millions d'exemplaires en France et traduit dans 25 pays. Chaque lecteur se saisit de cette nouvelle allégorique et peut y lire, à l'aune de sa propre expérience, un écho aux années 30, à des événements plus actuels, une analyse sur l'enfermement, une fable sociale ou un rappel à nos valeurs personnelles. Une lecture coup de poing qui interroge nos indifférences, nos petits renoncements, nos « j'aurais dû » aux conséquences collectives immenses. 
    Et, en contre point, notre faculté à la vigilance.
    Etudié dans les collèges et les lycées, Matin brun a été adapté au théâtre, à la radio (livre CD) et à la télévision.

    Mon avis

    Je suis tombée sur cette version il y a quelques jours, je garde une telle émotion de la lecture de la version papier que je ne pouvais pas passée outre.

    Cette version audio nous plonge dans l'ambiance des années trente avec les voix des deux acteurs Jacques Bonnaffé et Denis Podalydes et un fond musical légèrement angoissant.

    Cette histoire  interpelle sur l'intolérance, le pouvoir et reste d'une grand actualité.

     

    Matin brun de Franck Pavloff

    dans la catégorie COULEUR

    Matin brun de Franck Pavloff


    5 commentaires
  • Inconnu à cette adresse de Katherine Kressman Taylor

    Présentation

    Martin Schulse et Max Eisenstein, deux amis d'enfance, possèdent une galerie d'art à San Francisco. Malgré la crise qui a frappé les États-Unis puis le reste du monde depuis 1929, l'affaire marche plutôt bien. Martin, qui avait le mal du pays, rentre chez lui, à Munich. Max continue à faire tourner la boutique. Tout irait pour le mieux, mais en janvier 1933, le maréchal Hindenburg nomme à la chancellerie le chef du parti nazi, un certain Adolf Hitler. Max, qui est juif et qui s'inquiète pour sa sœur restée en Allemagne, demande à son ami Martin de veiller sur elle. Un roman sur l'histoire d'une vie très poignant.

    Mon avis

    Une oeuvre épistolaire courte mais chargée en émotions.

    Le changement soudain de pensée de Martin, suite à son retour en Allemagne, montre le pouvoir de la propagande. On sent tout au long de ces courriers la montée du nazisme, l'incompréhension outre atlantique. On perçoit les inquiétudes basées sur des rumeurs auxquelles on ne veut pas croire. On se rend compte aussi du pouvoir du parti, l'espoir de la population, l'envie profonde de se laver de la défaite de la première guerre, l'obligation de se conformer aux nouvelles guerres et l'effacement de l'esprit critique.

    En peu de mots au final, un peu plus d'une heure d'écoute, nous comprenons cette page de la grande histoire de l'intérieur.

    Et pour finir,  ces mots "inconnu à cette adresse"  qui nous claque à la figure et nous laisse sur le carreau.

    Avec une dominante de blanc 

    Inconnu à cette adresse de Katherine Kressman Taylor

    Dans la catégorie LIEU

    Inconnu à cette adresse de Katherine Kressman Taylor

    Inconnu à cette adresse de Katherine Kressman Taylor

     


    10 commentaires
  • L'amie prodigieuse de Elena Ferrante

    Présentation de l'éditeur

    Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu'elles soient douées pour les études, ce n'est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l'école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l'envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des Carracci et des Sarratore, des familles plus aisées qui peuvent se le permettre. Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s'entraident ou s'en prennent l'une à l'autre. Leurs chemins parfois se croisent et d'autres fois s'écartent, avec pour toile de fond une Naples sombre mais en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, après le passage par l'adolescence, à l'aube de l'âge adulte, non sans ruptures ni souffrances. 

    Marina Moncade nous emporte avec passion et tendresse à Naples dans les années cinquante et nous dévoile le portrait de deux héroïnes inoubliables. 

    Mon avis

     Voilà encore un roman qui m'a laissée sur ma faim, alors qu'il a été encensé à sa sortie. 

    La narratrice nous raconte son enfance et son adolescence, à Naples dans les années 50/60, un petit quartier où tout le monde se connait, s'apprécie ou pas et son admiration totale et aveugle pour son amie qui n'a pas l'air de s'en soucier plus que ça. 

    Je me suis profondément ennuyée dans cette écoute, les personnages sont sans profondeur, lisses et même si l'auteur essaie de créer des jeux de rivalité, de vengeance ou de mystère ça tombe à plat. Il y a de plus tellement de personnages que l'on finit par ne plus savoir qui est qui. 

    Le style m'a aussi profondément agacé, avec beaucoup de phrase de construction basique : sujet verbe complément. Des faits du quotidien qui ne devrait pas paraître dans un grand roman parce que ça n'apporte tout simplement rien.

    On en sent à aucun instant l'ambiance de l'Italie, sa chaleur, ses vibrations. Une amie prodigieuse qui m'a laissé de glace. C'est la lectrice Marina Moncade qui a malgré tout sauvé ce livre de l'abandon.

    Thème : mettre en avant une femme

    L'amie prodigieuse de Elena Ferrante

    L'amie prodigieuse de Elena Ferrante

     


    8 commentaires
  • Rever de Franck Thilliez

    Présentation

    Abigaël n'est pas comme tout le monde. Psychologue renommée, sollicitée sur des affaires criminelles difficiles, elle souffre d'une narcolepsie sévère qui la coupe non seulement du monde plusieurs fois par jour, mais qui lui fait également confondre le rêve et la réalité. Alors, pour les distinguer l'un de l'autre, elle a recours à la douleur en s'infligeant de nombreuses blessures qui laissent des traces. 

    Comment Abigaël est-elle sortie indemne de l'accident qui lui a ravi son père et sa fille ? Quel secret cachait son père qui voulait tant partir deux jours en famille, alors qu'elle enquêtait sur une difficile affaire de disparitions depuis des mois ? Abigaël va devoir mener l'enquête la plus cruciale de sa vie : qui est la proie et qui est le prédateur ? Elle-même peut-être ? 

    "Pour la plupart des gens, le rêve s'arrête au réveil." Dans ce nouveau thriller scientifique, Thilliez nous entraîne entre rêve et réalité : saurez-vous démêler le vrai du faux ?

    Mon avis

     Alors qu'Abigaël apporte son aide à une équipe de policier sur la disparition d'enfants, elle est de plus en plus souvent "victime" de ses crises de narcolepsie et nous avançons avec elle entre rêves et réalité. 

    Clémentine Domptail nous accompagne dans cette aventure sur un rythme soutenu, d'un ton plutôt neutre et d'une voix sèche ce qui nous permet de rester attentif. Car il faut en avoir de l'attention pour suivre les chapitres riches qui se succèdent à des dates différentes annoncées à chaque début de nouvelles plages. 

    L'enquête piétine mais tout se met peu à peu en place et lorsque nous commençons à bien connaitre tous les personnages, tout s'accélèrent pour Abigail qui prend une place bien particulière dans cette enquête. Comme elle nous sommes un peu paumés, et peu à peu tout s'éclaire non sans surprise.

    Même si certains passages m'ont paru un peu poussif, tout est bien ficelé, nous tient en haleine et se termine ... enfin vous verrez bien !

    Rever de Franck Thilliez

    Rever de Franck Thilliez

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique