• C'est donc bien Da Silva qui a pris la suite de Baz & The Machenics vendredi dernier... 

    Da Siva Concert part #2

    Tournée pour la promotion de son dernier album, « L’aventure » c’est passer d’une histoire à l’autre, se perdant parfois, se retrouvant chaque fois ? Ainsi se déroule l’album de Da Silva, au gré de ses humeurs. Le moment est venu pour ce quadragénaire de poser sa propre voix sur de nouveaux morceaux. Quatre ans après « Villa Rosa », le septième album signé Da Silva s’intitule « L’aventure ».

    Un bouquet de chansons écrites sur trois ans, à Paris, en Bretagne, quelque part au Portugal. Une à une, petit à petit, au gré des voyages de ce nomade dont la vie matérielle tient toute entière dans quelques valises, dont les pensées en vrac sont rassemblées en carnets.

    Des chansons rythmées aux textes soignés et plus enjoués que dans ses précédents albums, Da Silva sait mettre l'ambiance, nous faire bouger même dans une salle prête vide et tenir la scène avec ses2 accolytes au claviers et à la batterie. 

    Des moments mètres rock d'autres plus doux, d'anciens titres complètement retravaillés.... un très agréable moment et une découverte appréciée par nombres de nos amis qui ne connaissaient pas ! 


    2 commentaires
  • Baz & The mechanics Concert part #1

    Vendredi soir dans une petite salle de Bergerac nous avons découvert Baz & the Mechanics : Guitare voix et percussion, des créations et des reprises, de belles lumières, une bonne ambiance une musique originale des chansons engagées. Ce duo étonnant et créatif nous enchante de mélodies pop folk en jouées. 

    Leur premier album est en préparation pour Mars 2018, en mode financement participatif vous voulez les aider c'est par  

    A demain je vous parlerai de la seconde partie ...

    Baz & The mechanics Concert part #1

    Une idée ?

     


    votre commentaire
  • Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee  

    Présentation

    Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus
    Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au coeur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis –, connut un tel succès.
    Mais comment ce roman est-il devenu un livre culte dans le monde entier ? C’est
    que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a
    écrit un roman universel sur l’enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de
    drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman
    initiatique. Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur
    s’est vendu à plus de 40 millions d’exemplaires dans le monde entier.

    Mon avis

    Un roman engagé et vivant. Nous suivons Scout dans sa vie de jeune fille, ses vacances, l'école, les copains, ses humeurs, ses critiques, son envie de comprendre le monde, la place de la fille / femme dans la société. 

    L'ambiance des US dans les années 30 est parfaitement rendu, tel un voyage dans le temps. L'auteur aurait pu s'arrêter là et la lecture en était déjà bien agréable mais il y a ce viol, l'incompréhension, les préjugés, la loi du plus fort contre celle de l'innocent. Tous les sujets abordés sont encore d'une grand actualité. 

    Un roman moderne magnifiquement porté par Cachou Kirsch.

    Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee

    Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee

    dans la catégorie ANIMAL 

    Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee


    7 commentaires
  • Matin brun de Franck Pavloff

    Présentation

    Publié par Cheyne Éditeur en 1998, Matin brun est un des plus grands phénomènes d'édition des 30 dernières années, vendu à plus de 2 millions d'exemplaires en France et traduit dans 25 pays. Chaque lecteur se saisit de cette nouvelle allégorique et peut y lire, à l'aune de sa propre expérience, un écho aux années 30, à des événements plus actuels, une analyse sur l'enfermement, une fable sociale ou un rappel à nos valeurs personnelles. Une lecture coup de poing qui interroge nos indifférences, nos petits renoncements, nos « j'aurais dû » aux conséquences collectives immenses. 
    Et, en contre point, notre faculté à la vigilance.
    Etudié dans les collèges et les lycées, Matin brun a été adapté au théâtre, à la radio (livre CD) et à la télévision.

    Mon avis

    Je suis tombée sur cette version il y a quelques jours, je garde une telle émotion de la lecture de la version papier que je ne pouvais pas passée outre.

    Cette version audio nous plonge dans l'ambiance des années trente avec les voix des deux acteurs Jacques Bonnaffé et Denis Podalydes et un fond musical légèrement angoissant.

    Cette histoire  interpelle sur l'intolérance, le pouvoir et reste d'une grand actualité.

     

    Matin brun de Franck Pavloff

    dans la catégorie COULEUR

    Matin brun de Franck Pavloff


    5 commentaires
  • Inconnu à cette adresse de Katherine Kressman Taylor

    Présentation

    Martin Schulse et Max Eisenstein, deux amis d'enfance, possèdent une galerie d'art à San Francisco. Malgré la crise qui a frappé les États-Unis puis le reste du monde depuis 1929, l'affaire marche plutôt bien. Martin, qui avait le mal du pays, rentre chez lui, à Munich. Max continue à faire tourner la boutique. Tout irait pour le mieux, mais en janvier 1933, le maréchal Hindenburg nomme à la chancellerie le chef du parti nazi, un certain Adolf Hitler. Max, qui est juif et qui s'inquiète pour sa sœur restée en Allemagne, demande à son ami Martin de veiller sur elle. Un roman sur l'histoire d'une vie très poignant.

    Mon avis

    Une oeuvre épistolaire courte mais chargée en émotions.

    Le changement soudain de pensée de Martin, suite à son retour en Allemagne, montre le pouvoir de la propagande. On sent tout au long de ces courriers la montée du nazisme, l'incompréhension outre atlantique. On perçoit les inquiétudes basées sur des rumeurs auxquelles on ne veut pas croire. On se rend compte aussi du pouvoir du parti, l'espoir de la population, l'envie profonde de se laver de la défaite de la première guerre, l'obligation de se conformer aux nouvelles guerres et l'effacement de l'esprit critique.

    En peu de mots au final, un peu plus d'une heure d'écoute, nous comprenons cette page de la grande histoire de l'intérieur.

    Et pour finir,  ces mots "inconnu à cette adresse"  qui nous claque à la figure et nous laisse sur le carreau.

    Avec une dominante de blanc 

    Inconnu à cette adresse de Katherine Kressman Taylor

    Dans la catégorie LIEU

    Inconnu à cette adresse de Katherine Kressman Taylor

    Inconnu à cette adresse de Katherine Kressman Taylor

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique