• Le manoir de l'écureuil Tome 2 de serge Brussolo

    4ème de couverture

    Quand on travaille pour une agence immobilière spécialisée dans les anciennes " scènes de crime ", mieux vaut s'attendre au pire... 
    A Salton Sea, Mickie Katz, décoratrice d'intérieur au sein de l'Agence 13, est en plein travail : elle s'occupe du manoir de Savannah Warlock, célèbre romancière disparue dix ans auparavant dans des conditions demeurées obscures.
    Suite à plusieurs événements (voir Le manoir de l'écureuil, 1re partie), Mickie entre en possession d'un journal intime tenu autrefois par sa mère morte des années plus tôt dans l'incendie de sa maison. La lecture de ce journal va plonger Mickie dans la perplexité et l'incompréhension. Sa vie serait-elle fondée sur des mensonges ?

    Mon avis

    Je me plonge enfin dans la suite du 1er tome lu en mai, assez facilement d'ailleurs. On retrouve essentiellement Mickie Katz qui se retrouve face à son passé grâce au journal intime de sa mère qui lui arrive sans qu'elle s'y attende. 

    Que de choses vont être ébranlées à partir de ce moment là, et de ce bouleversement tout se remettra en place. 

    Belle continuité dans l'écriture et dans l'histoire, je reste perplexe face à la nécessité de ces 2 tomes de moins de 150 pages chacun.

    Agréable lecture, idéale pour les vacances, tout l'intérêt est dans le personnage de Mickie loin des enquêteurs habituels.

    Le manoir de l'écureuil Tome 2 de serge Brussolo

    dans la catégorie ANIMAL

    Le manoir de l'écureuil Tome 2 de serge Brussolo

    Le manoir de l'écureuil Tome 2 de serge Brussolo

      


    votre commentaire
  • La tresse de Laetitia Colombani

    4ème de couverture

    Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
     
    Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
     
    Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
     
    Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
     
    Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

    Mon avis

    Voilà encore une histoire de femmes : 3 femmes, 3 destins, 3 pays, 1 seule envie : se battre pour sa fille, pour son entreprise ou pour sa santé. 

    3 parcours entremêlés comme les 3 brins d'une tresse : une bien belle image parfaitement menée tout au long du récit. 

    L'écriture est belle, fluide, claire et vivante, les histoires s'entrecoupent de chapitre en chapitre sans jamais que l'on se perde. Chacune de ses vies nous tient en haleine, et chacune de ces femmes nous étonnent par sa force, sa détermination. 

    Et lorsque le lien est fait, que la tresse est terminée rien n'est pourtant fini à nous de poursuivre les histoires de chacune comme dans un rêve. 

    La tresse de Laetitia Colombani

     

    La tresse de Laetitia Colombani


    10 commentaires
  • 6 Mois d'abonnement de Gabriel Dumoulin

    Présentation

    Six mois : c'est la durée pendant laquelle Gabriel Dumoulin a fréquenté un site de rencontre sur internet, et c'est ce semestre pas comme les autres qu'il raconte dans Six mois d'abonnement. C'est avec un regard distancié et le recul nécessaire qu'il livre cette expérience, et ce qui aurait pu se transformer en un galimatias égocentré et voyeuriste, forme à l'arrivée un portrait cinglant de ce que peut être une relation amoureuse à l'heure du consommable et du tout-jetable. Les rencontres se suivent, plus ou moins fortes, plus ou moins intéressantes, plongeant parfois dans l'intime ou restant plus distantes, le livre décryptant alors par petites touches les motivations comme les limites de ces relations. Mais ce qui rend Six mois d'abonnement absolument formidable et procure une lecture si enthousiasmante, c'est le ton avec lequel tout ça nous est raconté, car derrière ce qui ressemble à une retranscription brute et frontale de la réalité, se cache un art consommé de la mise en scène, permettant à l'ouvrage d'adopter un ton proche de la comédie – et comme dans toutes les bonnes comédies, la critique n'est pas loin, qu'elle soit autocritique, ou qu'elle adopte un versant quasi sociologique, quand elle décrit les mécanismes de ces rencontres « virtuelles ». De l'autobiographie, Gabriel Dumoulin ne fait pas une mission ou un objet d'étude en soi, mais s'en sert pour raconter son époque, certes par le petit bout de la lorgnette, mais avec un regard acéré et une lucidité qui font mouche.

    Mon avis

    Un regard brut et froid porté sur les relations à distance par écran interposé. Les dessins en noir et blanc ajoutent à ce sentiment. Un enchainement de dialogues plus ou moins profonds, une succession de profils, des espoirs, des déceptions, mais rien qui ne se construit, à la fois l'envie et la peur  de l'autre, de l'engagement. 

    Voilà se qui transpire de cette BD mais porté de jugement, avec un regard de témoin sur le vécu d'un grand nombre de personne sans doute. 

    6 mois comme une parenthèse, une expérience mais qu'en reste t il ? 

     


    votre commentaire
  • Kant et la petite robe rouge de Lamia Berrada-Berca

    4ème de couverture

    Une jeune femme d'origine musulmane suit son époux en France dans l'espoir de la vie meilleure qu'il lui promet. Arrivée sur place, rien ne change dans son quotidien, elle continue de porter la burqa, d'assurer l'entretien de la maison et ne sort de l'appartement que pour accompagner sa fille à l'école. Un jour elle aperçoit une robe rouge dans la vitrine d'un magasin, symbole de féminité et de liberté. En même temps, un livre est déposé sur le pas de sa porte par un inconnu. Sa fille qui apprend le français lui en lit deux mots : "Ose savoir". La robe rouge libère son désir d'être une femme à part entière. Les deux mots lus par sa fille dans Qu'est-ce que les Lumières ? du philosophe Emmanuel Kant lui révèlent la nécessité d'apprendre pour s'ouvrir au monde. La portée de ce conte contemporain puissant et lapidaire incite à relire les textes fondateurs autour de la période des Lumières contre la montée de tous les fondamentalismes actuels. Un florilège de ces textes accompagne ce récit.

    Mon avis

    Un roman aussi court qu'il est fort. La condition de la femme vue de l'intérieur en acceptation totale. 

    Avec l'espoir que la situation va changer avec l'arrivée en France, la jeune se rend compte qu'elle traverse le mode comme transparente et le regarde enfermé derrière sa burqa. Jusqu'au jour où les circonstances font entrer le désir de s'ouvrir, de s'instruire de gouter à cette liberté qui l'entoure. 

    D'une écriture simple mais pleine de poésie et de douceur, dans un monde entre deux, l'auteur nous porte, nous transporte et nous fait ressentir ce désir qu'une simple robe de couleur rouge, avec toute la symbolique, peut faire naitre.

    Un très beau roman.

    Dans la catégorie PERSONNE CONNUE

    Kant et la petite robe rouge de Lamia Berrada-Berca

     


    4 commentaires
  • Citation du dimanche #176


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires