• Avec mon corps de Nikki Gemmel

    4ème de couverture

    « Le désir peut-il être si sclérosé qu'il disparaît pour de bon ? Enfoui trop profondément pour être un jour de nouveau attisé ? Vous pensiez ne plus jamais vouloir coucher avec quelqu'un, que ce genre de vie était derrière vous. Vous aviez eu vos enfants. Le sexe avait rempli son rôle. Vous aviez l'impression d'être cassée, qu'il était trop difficile de vous réparer. Les adultes ne se réparent pas. Leur état empire. La vie les consume peu à peu et ils en portent les cicatrices jusqu'à la fin de leurs jours. […] Mais vous vous sentez libérée. Par miracle. »
     

    Mon avis

    Un livre composé d'un peu plus de 220 chapitres, comme 220 leçons de vies, intimes pour mieux vivre notre féminité. 

    La narratrice se raconte, alors qu'elle sent le désir s'émousser dans son couple elle revient sur son passé et la découverte de la sexualité, retour sur une initiation qui l'échauffe, lui redonne confiance, l'amène à devenir, redevenir la femme libre et libérée qu'elle était, sure de ses envies pour rallumer le feu. 

    Un livre brillant, doux ou cru, particulièrement bien écrit qui m'a profondément touchée et que j'ai envie d'offrir à toutes les femmes. 

     

    "Ô femmes ! Femmes ! Pourquoi navez vos pas davantage foi en vous mêmes, en cette intense pureté qui vous est propre, et qui vous rend courageuses ? "

    Avec mon corps de Nikki Gemmel

    Avec mon corps de Nikki Gemmel

     


    votre commentaire
  • Le temps de Lilas de Anne Icart

    4ème de couverture

    " Nul ne guérit de son enfance... " De mère en fille, de fille en soeurs, l'histoire doit-elle se répéter ? se demande Garance quand elle se découvre enceinte. Est-elle prête à " faire un bébé toute seule ", comme Blanche l'a fait avec Violette, sa demi-soeur, trente ans plus tôt ? En a-t-elle le droit, quand elle voit les conséquences de ce choix sur la vie de Violette ? En même temps, comment taire l'envie qui la pousse de voir son enfant grandir au sein de cette merveilleuse tribu, tendre et foutraque, où elle a été si spontanément adoptée ? Tandis que Violette affronte de son côté une crise de couple, et Blanche les démons de son passé, Garance va devoir se décider...
    Après le roman de Blanche, gardienne de l'histoire familiale, et celui de Violette, sa fille, Le Temps de Lilas clôt tout en douceur cette saga féminine en terre toulousaine. On y retrouve avec bonheur la famille Balaguère et sa tribu de femmes si attachante qui a su conquérir un large public.

    Mon avis

    Je n'ai pas lu les opus précédent mais j'ai bien aimé cette famille, bien ancrée dans la vie où les femmes mènent la danse dans un clan soudé et vivant. 

    C'est pétillant, émouvant. On y parle de secrets, de révélations, de choix, de problèmes du quotidien : la vieillesse, le couple,... 

    C'est un bon moment de lecture, beaucoup de personnages et des liens familiaux un peu compliqué heureusement un arbre généalogique en début de recueil nous aide à nous y retrouver. 

    Dans la catégorie COULEUR

    Le temps de Lilas de Anne Icart

    Le temps de Lilas de Anne Icart


    6 commentaires
  • Chien Loup de Serge Joncour

    4ème de couverture

    L'idée de passer tout l'été coupés du monde angoissait Franck mais enchantait Lise, alors Franck avait accepté, un peu à contrecœur et beaucoup par amour, de louer dans le Lot cette maison absente de toutes les cartes et privée de tout réseau. L'annonce parlait d'un gîte perdu au milieu des collines, de calme et de paix. Mais pas du passé sanglant de cet endroit que personne n'habitait plus et qui avait abrité un dompteur allemand et ses fauves pendant la Première Guerre mondiale. Et pas non plus de ce chien sans collier, chien ou loup, qui s'est imposé au couple dès le premier soir et qui semblait chercher un maître. En arrivant cet été-là, Franck croyait encore que la nature, qu'on avait apprivoisée aussi bien qu'un animal de compagnie, n'avait plus rien de sauvage ; il pensait que les guerres du passé, où les hommes s'entretuaient, avaient cédé la place à des guerres plus insidieuses, moins meurtrières. Ça, c'était en arrivant. Serge Joncour raconte l'histoire, à un siècle de distance, d'un village du Lot, et c'est tout un passé peuplé de bêtes et anéanti par la guerre qu'il déterre, comme pour mieux éclairer notre monde contemporain. En mettant en scène un couple moderne aux prises avec la nature et confronté à la violence, il nous montre que la sauvagerie est toujours prête à surgir au cœur de nos existences civilisées, comme un chien-loup.

    Mon avis

    Fan de Joncour, je ne pouvais pas commencer cette rentrée littéraire par un autre auteur que lui ... et je n'ai pas été déçue. 

    Ce qui me touche le plus c'est de me retrouver à travers ses mots dans une région chère à mon coeur et là plus près des lieux que je connais n'aurait pas été possible. J'y ai retrouvé les ambiances, la chaleur, le calme, les gens, le dépaysement, l'isolement ... 

    Voici pour la parenthèse ! C'est 2 romans  que nous offre Serge Joncour avec ces 2 histoires qui avancent presque en parallèle à un siècle d'intervalle.

    L'annonce de la guerre, le départ des hommes, les femmes qui prennent tout en charge et cet allemand qui investit les lieux pour protéger ces fauves, des faits qui semblent imprégnés les lieux. 

    Ces lieux qui reprennent  vie le temps de quelques semaines avec Franck et Lise. Ces lieux où la nature est reine vierge de tout réseau coupée du monde. Alors que Lise revit, Franck est en panique totale, peur d'être oublié, manipulé, peur des bruits, peur du silence, de son impuissance. 

    Et ce chien mi chien mi loup sans collier qui est là, lui montre le chemin, cherche un maitre ? on ne sait pas trop. 

    Isolés du monde, nous portons sur lui un autre regard comme si ce pas de recul nous ouvrait les yeux ou au contraire nous enfermer dans nos illusions. C'est un peu les 2 versions qui sont portées par Lise et Franck.

    Même si c'est dur, la période sur la guerre est plus divertissante avec cette histoire de fauves. On sent toute la chaleur de la région qui s'abat sur les épaules des femmes qui gardent la vie à flot malgré des outils non adaptés à leur corps, les bêtes réquisitionnées et le manque de nourriture. On ressent le poids des illusions encore, les croyances qui ressortent et auxquelles on se raccroche. 

    Enfin un roman qui m'a encore une fois enthousiasmée, j'aime le style, les images, les émotions que Serge Joncour partage avec nous, ils font écho en moi ! 

    Chien Loup de Serge Joncour

     

    Dans la catégorie ANIMAL

    Chien Loup de Serge Joncour

    Chien Loup de Serge Joncour


    10 commentaires
  • La secte des égoïstes de Eric Emmanuel Schmitt  La secte des égoïstes de Eric Emmanuel Schmitt

    J'aime plutôt bien les écrits de Eric Emmanuel Schmitt, je les trouve faciles à lire et souvent reposants. ça n'a pas été lé cas cette fois ci...

    Je n'ai pas réussi à m'attacher à ce personnage de chercheur, à comprendre sa quête et encore moins Gaspard Languenhaert qui se prend pour Dieu (pour faire court). 

    Et pire encore j'ai trouvé le style tellement travaillé que ma lecture s'en est trouvée laborieuse. 124 pages que je pensé lire en 2 heures se sont éternisé sur plus d'une semaine. c'est pour dire !!

    Mauvaise pioche mais qui m'a permis de faire baisser ma PAL.

    La secte des égoïstes de Eric Emmanuel Schmitt N°3 juin

    Dans la catégorie GROS MOT

    La secte des égoïstes de Eric Emmanuel Schmitt

    La secte des égoïstes de Eric Emmanuel Schmitt

     


    4 commentaires
  • Mes illusions donnent sur la cour de Sascha   Mes illusions donnent sur la cour de Sacha Sperling

    Un adolescent un peu désœuvré, fortuné qui part à la dérive, alcool, sexe drogue un grand classique qui interpelle surtout par l'âge du personnage principale. 

    L'écriture est fluide et agréable mais le fond de l'histoire n'est pas très passionnant. Tout y est trop lisse, sans passion, ni espoir. Pas de suspens, que des actes ou des faits sans réels liens, on attend désespérément qu'il se passe quelque chose. 

    Dans la catégorie LIEU

    Mes illusions donnent sur la cour de Sacha Sperling

    Mes illusions donnent sur la cour de Sacha Sperling n°16 avril

    Mes illusions donnent sur la cour de Sacha SperlingLivre papier


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique