• Le confident de Hélène Grémillon

    4ème de couverture

    Camille vient de perdre sa mère. Parmi les lettres de condoléances, elle découvre un étrange courrier, non signé. Elle croit d’abord à une erreur mais les lettres continuent d’arriver, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés. Peu à peu, Camille comprend qu’elle n’est pas étrangère au terrible secret que cette correspondance renferme. Dans ce premier roman sur fond de Seconde Guerre mondiale, Hélène Grémillon mêle de main de maître récit historique et suspens psychologique.

    Le confident a obtenu cinq prix littéraires et été traduit en dix-huit langues.

    Mon avis

    Depuis bien longtemps dans ma PAL c'est le tirage du la BookJar chez Enna qui m'a fait enfin me plonger dedans. 

    L'idée de ces lettres anonymes qui racontent petit à petit une histoire est originale. On se laisse prendre au jeu. L'écriture est agréable et fluide. 

    Les personnages sont assez torturés en particulier Madame M. grande manipulatrice, Annie, Sophie et même son mari sont sous son emprise totale. Elle mène bien sa barque pour arriver à ses fins. Camille lit ces pages le doute dans le coeur, certaines coïncidences le sont elles vraiment ?

    En fond la seconde guerre mondiale, pour l'ambiance.

    C'est un bon moment de lecture auquel j'ai quand même trouvé quelques longueurs. 

     

    Le confident de Hélène Grémillon N°1 book jar novembre

     

     


    6 commentaires
  • Ascension de Ludwig Hohl

    4ème de couverture

    « Les bons alpinistes sont presque toujours des êtres laconiques »

    Repris, corrigé et réécrit six fois entre 1916 et 1940, avant de recevoir sa forme définitive (et un succès critique sans précédent) en 1975, Ascension est le récit d'une ascension en montagne. Deux hommes partent à l'assaut d un glacier ; les conditions sont mauvaises. Le malaise de l'un s'intensifie devant la dureté des éléments, à tel point qu'il abandonne, et que l'autre entreprend une ascension solitaire folle, mais consciemment assumée. Lente ascension, ou lente agonie ? On suit pied à pied les héros dans leurs trajectoires opposées, les accidents qui se multiplient, et les songes dont ils peuplent la montagne... Labyrinthe de glace sans trace humaine, ni perspective, et bordé d'abîmes, celle-ci prend un relief fantasmatique et monstrueux. Dans cet univers à la fois transparent et ténébreux, où la réalité tend à se dissoudre, peuvent surgir des événements décisifs et tragiques. L'écriture à ellipses de Ludwig Hohl fascine par sa minutie et sa sobriété. L'auteur tente de percer la personnalité de la montagne à travers ses couleurs, ses méandres, ses formes, son climat... Ascension est une parabole impeccable, dans la lignée du Vieil homme et la mer d'Hemingway, ou du Moby Dick de Melville.

    Mon avis

    Un court roman hors du monde. Nous nous retrouvons avec les 2 héros dans la montagne, complètement pris au piège par cette grande dame. 

    On suit donc pas à pas ces 2 alpinistes, face aux éléments. On comprend leur choix, on suit leur progression ou pas. Mais on ne s'attache pas mais avec eux, on sent le froid, le vent, la neige. 

    Pas de sentiment, c'est un livre glacial et poétique à la fois. L'écriture est précise et poétique, et la lecture demande une grande attention.

    Entre chaque chapitre, les illustrations en noir et blanc de Martin Tom Dieck s'invitent pour accompagner le texte de façon plus ou moins réussie. Personnellement je ne trouve pas que cela apporte grand chose. 

    1ère lecture dans le cadre des étranges lectures proposé par la médiathèque. 

    Ascension de Ludwig Hohl

    traduit de l'Allemand

    Ascension de Ludwig Hohl

    dans la catégorie SPORT/ LOISIR

    Ascension de Ludwig Hohl

    Ascension de Ludwig Hohl


    4 commentaires
  • Hier encore c'était l'été de Julie de Lestrange

    4ème de couverture

    Alexandre, Marco, Sophie et les autres se connaissent depuis l’enfance. Ensemble, ils ont grandi, en toute insouciance et en toute innocence. Mais, lorsqu’à vingt ans, la vie les prend, la chute est brutale. En une décennie, cette jeunesse perdue mais pas désillusionnée va devoir se battre pour exister. À travers les drames subsistent alors l’amitié, les fous rires, les joies, et l’amour, qui les sauvera.
    Tendre portrait d’une époque, Hier encore, c’était l’été est un roman optimiste qui accroche le cœur pour ne plus le lâcher. C’est l’histoire de nos guerres quotidiennes, de nos victoires et de nos peines. C’est surtout l’histoire de la vie et d’une bande d’amis dont on voudrait faire partie.

    Mon avis

    Un livre choral dans lequel on retrouve nos amis, nos amours, notre jeunesse, nos questionnements, les deuils, les rencontres, les engagements les illusions, la vie quoi ! 

    La lecture est fluide et agréable mais sans surprise. 

    Les personnages sont plus ou moins attachants, le milieu plutôt aisé avec quelques "brebis galeuses" 

    Les années passent chacun se cherche, évolue, mais les amis sont toujours là, présents quant on en a besoin. 

    Un beau roman sur les amitiés d'une vie, celles qui comptent et nous font avancer. 

    Hier encore c'était l'été de Julie de Lestrange

    Hier encore c'était l'été de Julie de Lestrange

    Hier encore c'était l'été de Julie de Lestrange


    2 commentaires
  • Arrêtes avec tes mensonges de Philippe Besson

    4ème de couverture

    Quand j'étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : " Arrête avec tes mensonges. " J'inventais si bien les histoires, paraît-il, qu'elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J'ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier.
    Aujourd'hui, voilà que j'obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre.
    Autant prévenir d'emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale.
    Mais un amour, quand même.
    Un amour immense et tenu secret.
    Qui a fini par me rattraper.

    Prix Maison de la presse 2017.
    Prix Psychologies 2017 du roman inspirant

    Mon avis

    Etonnamment Philippe Besson nous dit qu'il dit la vérité pour la première fois alors qu'on l'impression de lire un de ses livres qu'on a déjà lu ! Dans cet opus il se regarde le nombril mais c'est assumé ! 

    Toujours les mêmes thèmes, les relations familiales, humaines, l'homosexualité. 

    C'est bien écrit, fluide, on a envie d'y croire en même temps c'est tellement téléphoné que j'ai vrillent eu du mal. 

    Je ne comprends d'ailleurs pas ces prix reçus.

     

    Je remercie les éditions  Arrêtes avec tes mensonges de Philippe Besson et  Arrêtes avec tes mensonges de Philippe Besson

     

     

     

     


    6 commentaires
  • Leilah Mahi 1932 - enquête de Didier Blonde

    4ème de couverture

    «Tout paraissait étrange en elle. Ses grands yeux qui brillaient d’un éclat hypnotique, celui de la passion ou de la folie. Sa pose de femme fatale, provocante, à moitié découverte, presque indécente dans cette nécropole. L’absence de date de naissance. D’où venait-elle ? Comment avait-elle fini ?» Au Père-Lachaise, le narrateur découvre sur une plaque funéraire une photo d’une femme énigmatique, coiffée d’un turban. Obsédé par cette vision, il décide de retrouver sa trace.

    Mon avis

    Je reste perplexe sur l'intérêt de ce livre ... l'écriture n'a rien d'originale mais reste fluide et agréable, l'histoire est certes surprenante mais pourquoi mener une enquête sur une totale inconnue morte de surcroit. 

    Heureusement ça se lit vite et ce sera sans doute aussi vite oublié, j'ai d'ailleurs un peu de mal à trouver les mots pour faire ce post, c'est dire ! 

     

    Leilah Mahi 1932 - enquête de Didier Blonde

    Dans la catégorie PRENOM

    Leilah Mahi 1932 - enquête de Didier Blonde

    Leilah Mahi 1932 - enquête de Didier Blonde N°1 novembre

    Leilah Mahi 1932 - enquête de Didier Blonde


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique