• La tresse de Laetitia Colombani

    4ème de couverture

    Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
     
    Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
     
    Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
     
    Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
     
    Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

    Mon avis

    Voilà encore une histoire de femmes : 3 femmes, 3 destins, 3 pays, 1 seule envie : se battre pour sa fille, pour son entreprise ou pour sa santé. 

    3 parcours entremêlés comme les 3 brins d'une tresse : une bien belle image parfaitement menée tout au long du récit. 

    L'écriture est belle, fluide, claire et vivante, les histoires s'entrecoupent de chapitre en chapitre sans jamais que l'on se perde. Chacune de ses vies nous tient en haleine, et chacune de ces femmes nous étonnent par sa force, sa détermination. 

    Et lorsque le lien est fait, que la tresse est terminée rien n'est pourtant fini à nous de poursuivre les histoires de chacune comme dans un rêve. 

    La tresse de Laetitia Colombani

     

    La tresse de Laetitia Colombani


    10 commentaires
  • Kant et la petite robe rouge de Lamia Berrada-Berca

    4ème de couverture

    Une jeune femme d'origine musulmane suit son époux en France dans l'espoir de la vie meilleure qu'il lui promet. Arrivée sur place, rien ne change dans son quotidien, elle continue de porter la burqa, d'assurer l'entretien de la maison et ne sort de l'appartement que pour accompagner sa fille à l'école. Un jour elle aperçoit une robe rouge dans la vitrine d'un magasin, symbole de féminité et de liberté. En même temps, un livre est déposé sur le pas de sa porte par un inconnu. Sa fille qui apprend le français lui en lit deux mots : "Ose savoir". La robe rouge libère son désir d'être une femme à part entière. Les deux mots lus par sa fille dans Qu'est-ce que les Lumières ? du philosophe Emmanuel Kant lui révèlent la nécessité d'apprendre pour s'ouvrir au monde. La portée de ce conte contemporain puissant et lapidaire incite à relire les textes fondateurs autour de la période des Lumières contre la montée de tous les fondamentalismes actuels. Un florilège de ces textes accompagne ce récit.

    Mon avis

    Un roman aussi court qu'il est fort. La condition de la femme vue de l'intérieur en acceptation totale. 

    Avec l'espoir que la situation va changer avec l'arrivée en France, la jeune se rend compte qu'elle traverse le mode comme transparente et le regarde enfermé derrière sa burqa. Jusqu'au jour où les circonstances font entrer le désir de s'ouvrir, de s'instruire de gouter à cette liberté qui l'entoure. 

    D'une écriture simple mais pleine de poésie et de douceur, dans un monde entre deux, l'auteur nous porte, nous transporte et nous fait ressentir ce désir qu'une simple robe de couleur rouge, avec toute la symbolique, peut faire naitre.

    Un très beau roman.

    Dans la catégorie PERSONNE CONNUE

    Kant et la petite robe rouge de Lamia Berrada-Berca

     


    4 commentaires
  • Octavie D'Urville de Esther Brassac

    4ème de couverture :

    Quand on est une fée fantôme maigrichonne, de surcroît incapable de se dématérialiser avant 22 h 43, la vie n’est pas facile.
    Quand, en plus, une naïade, tellement belle que c’en est choquant, a le toupet d’emménager dans un appartement adjacent au vôtre, les choses se gâtent.
    Mais lorsque votre patron et ami, un vampire métamorphe au caractère de cochon, trouve le moyen de se volatiliser sans crier gare alors qu’il attend avec impatience un colis très spécial, là, ça devient franchement invivable.
    Octavie d’Urville, la fée fantôme la plus complexée de Londres, est bien décidée à enquêter sur sa disparition. Heureusement, Gloria, sa meilleure amie, et Clyde, démon schizophrène, vont la soutenir.
    C’est alors que, submergée par les problèmes à ne plus savoir où donner de la tête, la vie décide de mettre sur sa route un charmant rouquin aux yeux verts qui ne laissera pas notre détective débutante indifférente.

    Mon avis

    Même si ce n'est pas mon style de prédilection j'ai eu grand plaisir à lire ce roman. Dans la lignée (vue mes pauvres connaissances du genre) d'Harry Potter, un peu de magie, des vampires, un peu d'amour, une belle amitié, des rebondissements on se laisse prendre au jeu et on suit avec joie les tribulations de cette jeune fée prête à tout pour sauver son patron. 

    Peut être un peu long à se mettre en place, mais il faut bien faire connaissance avec les personnages, comprendre leur façon de vivre et surtout s'habituer à leur univers ! On est pris dans un vent de folie sur le dernier tiers et on a bien du mal à lâcher ce livre. 

    L'écriture est peut être un peu moins ciselée que dans son premier roman ( La nuit des coeurs froids) mais elle reste précise et dynamique. L'auteure n'a pas manqué de garder une pointe d'humour, ce qui ne gâche rien. 

    Pas un coup de coeur mais dans l'attente de lire la suite. 

    Octavie D'Urville - Sous l'ombre du Vampire de Esther Brassac

    Dans la catégorie MORT

    Octavie D'Urville - Sous l'ombre du Vampire de Esther Brassac

     

    Octavie D'Urville - Sous l'ombre du Vampire de Esther Brassac


    2 commentaires
  • La terre des mensonges de Anne B. Radge  La terre des mensonges de Anne B. Radge

     

    Mon avis

    Après un début difficile car je ne comprenais pas les liens entre les personnages j'ai même pensé à un recueil de nouvelles, je me suis laissée prendre par ce roman. 

    Ces personnages si différents et pourtant d'une même famille : ce père qui ne dit rien, ce premier fils qui fait tourner la ferme passionné par ses cochons et très attaché à sa mère, l'autre fils entrepreneur en pompes funèbres et le dernier, homosexuel exilé,  forment un quatuor étonnant. 

    Ils se retrouvent à la ferme autour du décès de la mère et c'est là que remontent toutes les aigreurs de cette vie sinistre, le secret de famille, les tabous ... 

    C'est vraiment bien mené avec une ambiance particulière, légèrement poisseuse que l'excentricité D'Erlend et la fille de Tor allègent comme ils peuvent avec leur complicité naissante.

    Un très bon moment de lecture, je vais rapidement me plonger dans le second tome ! 

    La terre des mensonges de Anne B. Radge

    traduit du Norvégien 

    La terre des mensonges de Anne B. Radge

     

    Dans la catégorie GROS MOT

    La terre des mensonges de Anne B. Radge

    La terre des mensonges de Anne B. Radge

     


    6 commentaires
  • La perle et la coquille de

    4ème de couverture

    Kaboul, 2007. Depuis qu'il a été enrôlé dans les forces talibanes, le père de Rahima n'est plus que l'ombre de lui-même. Sans lui, sa mère et ses soeurs n'ont pas le droit de quitter la maison.

    Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui autorise sous certaines conditions, à travestir une fille jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se marier. Rahima devient alors Rahim, et découvre une liberté qui va faire naître en elle un désir d'émancipation aussi fort que celui qu'éprouva son aïeule, Shekiba, un siècle plus tôt. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.

    Mon avis

    Un superbe roman qui raconte en parallèle la vie de 2 femmes à un siècle d'intervalle en Afghanistan. Deux femmes fortes qui font se battre contre les traditions, essayaient de faire évoluer les moeurs, leur pays, rebattre pour l'éducation des filles. 

    On y rencontre la misère, la solitude, la condition des femmes et des familles sans garçon, la vie dans les harems, dans les villages, la pauvreté, les traditions qui ne donnent aux femmes aucun droit à la parole aucune choix pour leur vie orchestré par les hommes.

    Il y a beaucoup de violence, de silence, de solitude, de douleur et peu d'évolution entre ce que vivent ces 2 femmes. 

    C'est un roman fort, puissant que l'on a du mal à lâcher il nous prend aux tripes et en même temps il est riche d'enseignements, d'aventures, de rebondissements, on en s'ennuie pas une minute au long de ces presque 600 pages. 

    La perle et la coquille de Nadia Hashimi

    dans la catégorie OBJET

    La perle et la coquille de Nadia Hashimi

     

    La perle et la coquille de Nadia Hashimi N° 11 chez enna

    La perle et la coquille de Nadia Hashimi


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique