• Le train des orphelins de

    4ème de couverture : 

    Entre 1854 et 1929, des trains sillonnaient les plaines du Midwest avec à leur bord des centaines d'orphelins. Au bout du voyage, la chance pour certains d'être accueillis dans une famille aimante, mais pour beaucoup d'autres une vie de labeur ou de servitude. 

    Vivian Daly n'avait que 9 ans lorsqu'elle a dû prendre un de ces trains. Aujourd'hui, elle coule ses vieux jours dans une bourgade tranquille du Maine, son lourd passé relégué dans de grandes malles au grenier. Jusqu'à l'arrivée de Mollie, 17 ans, sommée par le juge de nettoyer le grenier de Mme Daly, en guise de travaux d'intérêt général. Et contre toute attente, entre l'adolescente rebelle et la vieille dame se noue une amitié improbable. Parce qu'au fond ces femmes ont beaucoup plus en commun qu'il n'y paraît... 

    Mon avis :

    Pour éviter la prison, Molly est envoyé chez Vivian pour nettoyer son grenier en guise de travail d'intérêt général. Vider et trier les cartons est l'occasion pour Vivian de partager son histoire. Enfant issue de l'immigration irlandaise, elle se retrouve orpheline. Alors qu'elle n'a que 9 ans, recueillie par une association, elle prend le train à travers les US pour être adoptée par une famille. Nous allons suivre ses différentes placements. 

    C'est une page d'histoire des Etats Unis que j'ai découverte avec ce roman. L'histoire de Vivian est assez claire alors que celle de Molly n'est racontée qu'à demi mots alors qu'elle semble avoir tant de points en commun.

    J'ai aimé malgré tout suivre cette relation qui se crée au fil des jours et des rencontres. C'est raconté tout en finesse, sans misérabilisme même si certains moments sont assez difficiles. J'aurai aimé que le personnage de Molly soit mieux dévoilé, il ne sert quasiment que d'alibi pour porter l'histoire de Vivian et j'ai trouvé bien dommage. 

    D'une autre Anglaise

    Le train des orphelins de Christina Baker Kline

    Dans la catégorie FAMILLE (1)

    Le train des orphelins de Christina Baker Kline

     

    Le train des orphelins de Christina Baker Kline

    Le train des orphelins de Christina Baker Kline

    408 (1608 - 1608)

     


    4 commentaires
  • Là où chantent les écrevisses de Délia Owen

    4ème de couverture :

    Les rumeurs les plus folles courent sur " la Fille des marais " de Barkley Cove, en Caroline du Nord. Pourtant Kya n'est pas cette créature sauvage et analphabète que tous imaginent et craignent. Abandonnée à l'âge de dix ans par sa famille, c'est grâce au jeune Tate qu'elle apprend à lire et à écrire, découvre la science et la poésie. Mais Tate, appelé par ses études, doit partir à son tour. Et lorsque l'irréparable se produit, elle ne peut plus compter que sur elle-même...

    Mon avis : 

    Kya a à peine 6 ans quand elle voit partir sa mère, puis ceux seront ses frères et soeurs et pour finir son père qui l'abandonneront un par un. Elle se construira seule dans une petite cabane perdue dans les marais, sa maison. Elle réussira a échapper aux services sociaux et deviendra une experte de ces lieux.

    En parallèle de la vie de Kya, nous suivons l'enquête sur la mort mystérieuse d'un jeune homme Chase, retrouvé au pied d'une tour de guet.

    J'ai adoré cette histoire au coeur de la nature sauvage, Kya est attachante débrouillarde, elle prend la vie comme elle vient et devient une experte de par sa simple observation de la nature qui l'entoure. Avec des descriptions subtiles et permanentes sans pour autant être pesante, l'auteure nous fait découvrir la richesse de ces lieux. 

    La vie y est rude et pourtant Kya s'en accommode et a bien du mal à comprendre la vie de ceux qui vivent en ville. D'ailleurs tout au long de sa vie elle sera dénigrée, et vue comme une fille simple.

    Un livre fort à la fois sur la force et la bêtise de la nature humaine, le poids des préjugés. La partie enquête ne fait qu'appuyer sur l'acharnement et le racisme, les préjugés et l'intolérance. 

    Là où chantent les écrevisses de Délia Owen

     

    Là où chantent les écrevisses de Délia Owen  n°17 dec 21

    Dans la catégorie ANIMAL (1)

    Là où chantent les écrevisses de Délia Owen

     

    Là où chantent les écrevisses de Délia Owen

    480 (848 - 848)


    7 commentaires
  • Rien nous appartient de Guillaume Guéraud

    4ème de couverture :

    Le destin de Malik, jeune malfrat de Saint-Denis, bascule le jour où sa victime décide de se venger.

    Malik, 19 ans, se prend pour Robin des Bois.

    Il aimerait s'évader dans une forêt. Ou marcher sur des pentes enneigées.

    Il aimerait rêver avec Fatima. Rire avec ses potes sans se soucier de rien.

    Il aimerait que le monde ne tourne plus à l'envers. Et pouvoir se sentir libre, sans être tenu en laisse comme un chien.

    Il aimerait juste que les choses soient simples. Mais il va commettre l'irréparable...

    Mon avis : 

     Malik nous raconte sa vie dans une cité de Saint Denis, les copains, l'école, les injustices, la rage de vivre et du changement, et aussi les écarts, les bêtises et puis le dérapage, ... 

    Pour ne pas spolier je n'en dirais pas plus, si ce n'est que c'est du Guillaume Guéraud, pas de langue de bois tout est dit cash le positif comme le négatif, les espoirs comme les désillusions et le projet fou. 

    Un roman qui se lit comme un souffle, comme une confidence, sans rancune, ni besoin de vengeance, une constatation sur une vie dans la cité

    Rien nous appartient de Guillaume Guéraud

    Dans la catégorie VERBE (1)

    Rien nous appartient de Guillaume Guéraud

    Rien nous appartient de Guillaume Guéraud

    Rien nous appartient de Guillaume Guéraud

    160 (368 - 368)

     


    8 commentaires
  • L'ange et le violoncelle de Claire Renaud

    4ème de couverture :

    Joseph travaille au service des objets trouvés de la gare de l'Est. Plutôt taiseux et renfermé, il occupe ses journées à rêver la vie des autres à travers les merveilles qu'il garde précieusement pour eux, et à ne pas vivre la sienne. Un soir, tandis qu'il fait la tournée des trains arrêtés, il est attiré par des bruits inhabituels... et découvre sous un siège un bébé abandonné dans un couffin. Touché plus qu'il ne le voudrait, il se résout à le ramener chez lui. Juste pour la nuit. Le lendemain, il s'apprête à confier l'enfant aux services sociaux lorsque l'émotion l'envahit. C'est une évidence: il ne peut pas le leur laisser. 

    Pour la première fois, une histoire entre dans la vie de Joseph...

    Mon avis : 

    Joseph travaille au service des objets trouvés à la gare de l'Est. Une vie bien réglée sans aucune fantaisie mais des habitudes : le journal pris chez Animal tous les matins et le café bu chez Adèle avant de s'enfermer dans son bureau à encoder et ranger les objets trouvés la veille dans les trains en bout de voies. Jusqu'au jour où il trouve un bébé dans un couffin, sa vie va en être transformée, bouleversée. Le soleil va enfin entrer dans sa vie. 

    C'est un bien joli roman tout en douceur et en finesse, avec quelques éclats (merci Adèle et Gabrielle sur la fin) Un roman qui remet la valeur humaine au coeur de la vie, la responsabilité, l'entraide, la solidarité, le pardon, avec une pointe d'humour ... 

    Joseph s'ouvre au fil des pages mais avec ses doutes, sa peur de mal faire et la découverte de la chaleur qu'il y a au fond de son coeur. 

    Un roman que j'ai eu grand plaisir à lire pendant les fêtes. 

    Dans la catégorie ART (1)

    L'ange et le violoncelle de Claire Renaud

    L'ange et le violoncelle de Claire Renaud

    208 p (208p - 208p)


    8 commentaires
  • Vous reprendrez bien un pue de la magie de Noël de Carène Ponte

    4ème de couverture : 

    Victoria Delmas, trente-cinq ans, dirige d'une main de fer son agence de publicité. Dans son quotidien réglé comme une horloge, aucune place n'est laissée à l'improvisation, et encore moins aux relations humaines qu'elle considère comme une perte de temps pure et simple. 

    Jusqu'à un matin de décembre où sa vie bascule. Renversée par un bus, Victoria sombre dans le coma et atterrit dans un... centre de réhabilitation de Noël ! Cette mystérieuse organisation lui propose un marché : pour se voir accorder une seconde chance, elle devra se racheter auprès d'une personne qu'elle a fait souffrir par le passé, et ce avant le 26 décembre, minuit. 
    Une mission qui risque de lui donner du fil à retordre. Car si Victoria excelle dans son métier, nouer des liens avec ses semblables n'est pas son fort. 
    Mais s'il y a bien un moment de l'année où l'on peut espérer un miracle, c'est à Noël !

    Mon avis : 

    Victoria a tout de la femme d'affaires impitoyable, sa vie réglée comme du papier à musique ne souffre d'aucun écart encore moins de perdre son temps avec des relations humaines y compris familiale. Le maitre mot : la réussite. Un jour sa vie bascule, après un accident, le centre de réhabilitation lui demande de se racheter auprès d'une personne qu'elle a fait souffrir. Elle choisit Dakota, une camarade de classe dont elle s'est beaucoup moquée. 

    J'ai vraiment eu du mal avec la Victoria du début du roman qui est parfaitement odieuse et imbuvable. La personne que je fuis dans toute sa splendeur. Elle se retrouve bien démunie face à la demande du centre de réhabilitation jusqu'à se demander ce qu'ils attendent d'elle. Elle va finir par s'en sortir en "gardant" la grand mère malade de Dakota, animatrice radio qui travaille la nuit. 

    Même si cette histoire est sans grande surprise c'est un bon moment de lecture, agréable sans prise de tête idéal pendant les vacances de Noël ! 

    Vous reprendrez bien un pue de la magie de Noël de Carène Ponte

    Vous reprendrez bien un pue de la magie de Noël de Carène Ponte

    Catégorie 22 : Un livre dont l'histoire se passe à Noël

    Vous reprendrez bien un pue de la magie de Noël de Carène Ponte

    Vous reprendrez bien un pue de la magie de Noël de Carène Ponte

    Vous reprendrez bien un pue de la magie de Noël de Carène Ponte

    288 p ( 33260 - 2324)

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique