• Mangez le si vous voulez de Jean Teulé Mangez le si vous voulez de Jean Teulé

    Mon avis

    C'est un fait divers historique tout à fait morbide que nous raconte Jean Teulé dans ce roman. Avec sa verve imagée, il nous décrit l'aveuglement de la foule, l'émulation qui arrive à faire des horreurs, la sur-enchère poussée à l'extrême.

    Un roman fort et dérangeant, où les tortures  nous sont décrites dans les moindres détails y compris la jubilation des bourreaux, ainsi les souffrances et l'incompréhension de la victime.

    La dernière partie qui concerne le procès nous éclaire sur ce phénomène de foule qui fait perdre la tête, où l'on agit poussé par les encouragements sans plus aucun discernement.

    Un roman comme un reportage brut, sans sentiment ni jugement, court et puissant.

     

    Un livre que l'on referme avec un gout amer sur la nature humaine.   

    Mangez le si vous voulez de Jean Teulé

    Mangez le si vous voulez de Jean Teulé

     


    votre commentaire
  • Sous le même toit de Jojo Moyes

    4ème de couverture

    Le temps était clément, offrant cette lumière de début de printemps qui insuffle de la beauté jusque dans les décors les plus usés ; dehors, des hirondelles se chamaillaient bruyamment dans les haies. Sa première pensée lucide fut : « Cette maison est comme nous. Elle a été désertée, abandonnée. Maintenant, elle va veiller sur nous, et nous la ramènerons à la vie. »
    Lorsque son mari meurt sans crier gare, lui laissant une montagne de dettes, Isabel Delancey doit radicalement changer de train de vie. Elle n'a d'autre choix que de déménager avec ses deux enfants pour s'installer à la campagne, dans une maison de famille délabrée. Tandis que les murs s'effritent autour d'eux, et que ses dernières économies fondent comme neige au soleil, Isabel espère pouvoir compter sur le soutien de ses voisins. Elle ne se doute pas que sa simple présence au village a réveillé de vieilles querelles… Les vies s'entrechoquent, et Isabel va découvrir que faire de cette maison le « home sweet home » dont elle rêve est un combat de chaque instant.

    Mon avis

    Alors qu'Isabel hérite d'une maison à la mort de son mari elle se dit que c'est une nouvelle chance elle est loin de se douter de ce qui se trame autour de cette maison. Complément perdue, elle doit pour la première fois de sa vie gérer les finances, surveiller  l'avance des travaux, essayer de faire en sorte que ses enfants soient bien. Seule dans une coin de campagne assez reculé où elle ne connait personne elle se débrouille comme elle fait et se fait largement abuser. 

    Elle est attachante cette femme artiste qui prend peu à peu sa vie en main, apprend à cuisiner, chasser, planter tout en continuant à jouer du violon pour oublier un peu les problème et soulager cette nouvelle vie dont elle prend peu à peu gout. 

    Les personnages secondaires sont aussi bien vues, l'artisan arnaqueur pris à son propre jeu, la femme de l'artisan trompée en colère, les enfants des uns et des autres. C'est un beau roman dans son ensemble d'une écriture fluide et agréable ça se lit vite et sans prise de tête. 

    Traduit de l'anglais (Angleterre)

    Sous le même toit de Jojo Moyes

    Sous le même toit de Jojo Moyesn° 9 pour le mois de mai 

    Sous le même toit de Jojo Moyes

     


    2 commentaires
  • Seul celui qui se perd se retrouvera de Antoine Paje

    4ème de couverture

    Et si l'échec était la promesse d'un bel avenir? 

    Adrien Finden est un avocat pénaliste brillant. Sa nouvelle affaire : un chauffeur routier arrêté après avoir fumé un joint, mais condamné en première instance à seize ans de prison, reconnu coupable d'avoir mis en place un réseau mafieux de trafic de drogue. Alors qu'il s'investit pour son client, victime de la machine judiciaire, Adrien n'imagine pas qu'il vient de mettre le doigt dans un engrenage implacable qui va le mener vers une brutale descente aux enfers. L'occasion pour lui d'une profonde remise en question qui le mènera là où il ne l'aurait jamais imaginé. 
    Un roman qui redonne espoir.

     

    Mon avis

    Alors que le roman débute avec un personnage sûr de lui, égocentrique, pédant peu attachant à la limite énervant, on est assez content quand il se ramasse !!

    On regarde sa dégringolade avec un peu de recul, pas vraiment emphatique avec le personnage dont on découvre peu à peu les failles, les blessures ...

    Lui même met ces moments à profit pour réfléchir à sa vie, à lui même, à ses origines ... et il change peu à peu, et nous avec lui, il se fait plus attachant, plus humain. 

    Mon avis se fait moins dur sur ce roman jusqu'au rebondissement que j'avais anticipé en me disant non il va quand même pas ... et bien si, du coup le final est raté, la chance tourne

    L'apothéose arrive avec l'épilogue où l'auteur nous explique le pourquoi du comment ... un peu d'humilité monsieur ou tout au moins de la discrétion sur votre vie.

     

    Seul celui qui se perd se retrouvera de Antoine Paje

    dans la catégorie ADJECTIF

    Seul celui qui se perd se retrouvera de Antoine Paje

     

    Seul celui qui se perd se retrouvera de Antoine Paje

     

    Seul celui qui se perd se retrouvera de Antoine Paje


    2 commentaires
  • La faculté des rêves de Sara

    4ème de couverture

    Sara Stridsberg rouvre le dossier de Valerie Solanas, cette féministe radicale qui tenta d'assassiner Andy Warhol en 1968, juste après avoir écrit le SCUM Manifesto, dans lequel elle prône la destruction du genre masculin. Nous plongeons dans le passé de V. Solanas, avec ses souvenirs obsédants : ses conversations avec sa mère, ambiguë et destructrice, le directeur de l'université de psychologie où elle a été admise, Andy Warhol lui-même et son désir obstiné de l’utiliser pour son art, ou encore la psychiatre qui la suit après sa tentative de meurtre. Et surtout son amour fou pour Cosmo girl… Provocant, poétique, drôle et tragique, un roman envoûtant.

    Mon avis

    Comme j'ai eu du mal à aller au bout de ce roman, torturé comme son héroïne Valérie Solanas dont Sara Stridsberg trace la vie. 

    Une écriture riche mais une chronologie assez décousue trouble les pistes, certains thèmes et phrases reviennent à plusieurs reprises comme des refrains donnant l'impression de tourner en rond.

     

    Les styles innovants et changeants tout au long du récit sont eux aussi déstabilisant.

    On ne comprend pas vraiment pourquoi Valérie a essayé d'assassiner Andy Warhol, son engagement féministe est plutôt extrême. La relation à sa mère, à son père, ses amies réelles ou imaginaires on ne sait pas très bien, la prostitution, la violence et puis quelques moments de poésie, de rêveries viennent adoucir le tout. 

    Un roman étrange qui m'a grandement éloignée de ma zone de confort. 

    La faculté des rêves de Sara  n°12 novembre 2018

    Dans la catégorie LIEU

     

     

    La faculté des rêves de Sara

    La faculté des rêves de Sara

     


    2 commentaires
  • Mon chien stupide de John Fante

    4ème de couverture

    Un grand roman de John Fante, débordant de compassion et d'acide lucidité.

    Un énorme chien à tête d'ours, obsédé et très mal élevé, débarque un soir dans la famille en crise d'Henry J. Molise, auteur quinquagénaire raté et désabusé. Dans leur coquette banlieue californienne de Point Dume, ce monstre attachant s'apprête à semer un innommable chaos. 
    Un joyau d'humour loufoque et de provocation tapageuse. 

     

    Mon avis

    Sous prétexte de l'arrivée d'un chien dans son foyer, un chien qui s'impose, Henry est déstabilisé et fait le point sur sa vie, la difficulté d'écrire, les joies (ou pas du mariage) le départ des enfants...

    Bourré d'anecdotes plus loufoques les unes que les autres, ce roman est divertissant, frais, déjanté ... et mine de rien donne une photographie assez critique de la société. 

    Un vrai bon moment de lecture, moins léger qu'il n'y parait. 

    Mon chien stupide de John Fante

    Dans la catégorie ANIMAL

    Mon chien stupide de John Fante

    Mon chien stupide de John Fante

     


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique