• Olivier 1940 de Robert Sabatier

     

    4ème de couverture : 

    En 1940, Olivier, l'enfant des Allumettes suédoises, fête ses dix-sept ans. Pour la traversée des épreuves, il a des armes : sa gouaille, sa malice, les trésors d'une vie libre et populaire. Comment vivre ces années, décider soi-même ? Son entourage - famille adoptive, compagnons de travail, amis d'Auvergne, Parisiens effarés - ne lui apporte pas de réponse. Sur un fond de bruits de bottes, de sirènes, de vacarme guerrier, d'étendards ennemis, le grouillement des êtres : assassins et victimes, privilégiés et démunis, égarés et attentistes, martyrs et indifférents, collaborateurs et trafiquants, et aussi hommes en lutte, rares et isolés. Cet univers tant décrit apparaît ici sous un regard neuf, miraculeusement inédit, saisi sur le vif avec une justesse incomparable. Par le naturel, le charme, la discrétion, l'humour, l'émotion, tous ces jours redeviennent plus vrais, plus réels. C'est la reconstruction d'une époque perdue, la lutte contre le désespoir, l'incertitude. Il se dégage d'Olivier 1940 quelque chose de fort, de secret, d'indéfinissable, parcourant ce qui, plus qu'un roman, plus que de l'histoire, restitue la vérité dans la splendeur d'un livre qu'aucun lecteur n'oubliera.

    Mon avis : 

     On traverse la guerre au coté d'Olivier, son voyage à travers la France, ses découvertes. On est plongé avec lui dans l'ambiance de l'époque, la résistance, la faim, les petits boulots, les raffles...

    Agréable à écouter, je n'ai pourtant pas été passionnée par cette histoire... tout simplement parce que je ne suis pas fan de ce genre de roman.

     

    Le thème du mois : un livre lié de près ou de loin à une guerre

     

     

    Olivier 1940 de Robert Sabatier

    Dans la catégorie Temps

    Olivier 1940 de Robert Sabatier


    1 commentaire
  • Rose de Tatiana de Rosnay

     

    Présentation de l'éditeur : 

    Paris, sous le Second Empire. Napoléon III confie au baron Haussmann la mission d’ « assainir » la capitale en la quadrillant d’avenues et de boulevards – ce qu’il fait avec un zèle qui lui vaut le surnom d’Attila. Des quartiers entiers sont anéantis.

    Rue Childebert, Rose Bazelet mène une vie paisible. Jusqu’au jour où elle reçoit la lettre fatidique : sa maison doit à son tour être démolie. Mais Rose a fait à son mari disparu le serment de ne jamais quitter ce qui fut leur foyer: contre tous, elle va se battre pour sauver la demeure familiale, qui renferme un secret jalousement gardé.

     

    Mon avis :

    Tout est en ce roman : de l'histoire,des secrets, de l'amour et du suspens. La voix de Nathalie Hons colle parfaitement à cette lecture témoignage.

    Je me suis vraiment laisser porter par ce texte, sans trop de fuite d'attention comme ça peut arriver parfois. 

    Rose revient sur son passé, la vie avec son mari, sa belle mère, son enfance, sa mère, son frère, bien sur ses enfants et surtout cette promesse faite à son mari et ce fameux secret auquel on ne s'attend pas. Tout cela sur fond historique avec la "destruction" de Paris pour Rose, modernisation pour le Baron Haussmann.

    On ressent toute la souffrance de cette femme face à la disparition de ces bâtiments qui emportent avec eux tout un pan de son histoire. On vit avec elle dans ce quartier facilement imaginable par les descriptions faites par l'auteur.

    Un VRAIMENT bon moment d'écoute.

    Rose de Tatiana de Rosnay

    Dans la catégorie couleur 

    Rose de Tatiana de Rosnay


    2 commentaires
  • Cheyenne de Didier Van Cauvelart

     

    4ème de couverture : 

    "Avant de prendre la route pour te rejoindre, j'ai fait le compte rendu de notre histoire. Nous nous sommes connus vingt-quatre heures.
    Un coup de foudre, un bout de nuit dans un canapé dix ans plus tard, et puis le temps d'un verre dans une gare où nous n'attendions pas le même train.
    Aujourd'hui je reviens vers toi. Sans savoir qui je vais retrouver. 
    En roulant simplement vers la ville d'où tu m'as envoyé une carte postale, avec pour seule indication : Cheyenne. Une page blanche signée de ton prénom. 
    Me veux-tu encore ? Est-ce toujours toi que j'attends ?

    Mon avis : 

    Une belle voix pour lire ce texte mais un manque d'intonation qui le rend un peu plat.

    Une histoire étonnante que celle de ce garçon de 11 ans qui tombe amoureux de l'hôtesse qui l'accompagne pendant un voyage en avion. Un lien se crée, des émotions qui l'accompagneront pendant plus de 10 ans.

    Les allers retours incessants ont rendu l'écoute un peu compliquée je suis souvent revenue en arrière pour ne pas perdre le fil.

    Le texte est pourtant agréable, la voix de Sébastien Lazennec aussi. Le fait que ce texte soit écrit à la première personne lui donne une dimension de confidence comme une vieil ami que l'on retrouverait après des années et nous raconterait sa vie, une vie globalement pas très heureuse, parsemée de ratés.

     

    Cheyenne de Didier Van Cauvelart


    7 commentaires
  • Les perles et autres contes de Karen Blixen

     

    4ème de couverture : 

    Le doux velours du timbre d'Anne Brochet nous transporte dans l'univers mystérieux des contes de Karen Blixen...

    Le symbole mystérieux d'un collier qui a une perle de trop. La réalité crue qui vient anéantir le rêve et le bonheur offerts à une jeune aristocrate insouciante. L'aventure, dans le port d'Anvers, d'un écrivain malheureux, qui fuit sa propre vie... Tels sont les thèmes et les personnages de ces trois contes. Et à travers eux, Karen Blixen nous démontre que le conte est bien l'instrument privilégié de l'exploration des mystères de la personnalité. Le doux velours du timbre d'Anne Brochet nous transporte dans l'univers mystérieux des contes de Karen Blixen. Une lecture posée qui met en mouvement l'imagination de l'auditeur. L'écoute en classe de ces CD est autorisée par l'éditeur.

    Mon avis : 

    Ces 3 contes autour de la relation de couple, même s'ils datent de 1942 et 1968 (61 et 70 pour les traductions) restent très réalistes et très modernes avec des thèmes comme le doute, la dépression, l'incompréhension, les espoirs déçus... L'écriture est d'une grande précision, avec des contes dans les contes pour "l'homme à l'œillet", par exemple, ce qui nous entraîne dans un voyage un peu plus profond.

    La voix douce d'Anne Brochet en fait une écoute agréable même si ce n'est globalement pas très gai.

     

    Les perles et autres contes de Karen Blixen

     

    Traduit de l'anglais et du danois 

    Les perles et autres contes de Karen Blixen

     

    Dans la catégorie Matière

    Les perles et autres contes de Karen Blixen


    4 commentaires
  • Sept Nouvelles de Guy de Maupassant

    4ème de couverture : 

    La guerre de 1870 et la cruauté des vainqueurs ; la veulerie ou la méchanceté de ceux qui donneraient père et mère pour de l'argent ; la violence des huis clos de famille ; la sexualité tarifée ou refusée jusqu'au meurtre : voilà quelques-uns des thèmes qui traversent toute l'œuvre de Guy de Maupassant et que nous retrouvons ici. Une vision très sombre et très pessimiste de l'humanité. Une fois encore, Robin Renucci prête sa voix à des textes de Maupassant. Il sait se faire tour à tour tragique ou persifleur, pour rendre toutes les facettes de l'humaine comédie. 

    Mon avis : 

     7 nouvelles, 7 univers, 7 portraits d'un milieu, d'une mentalité, 7 tableaux cyniques, cruels, drôles ou tragiques. 

    Magnifiquement bien interprétés par Robin Renucci, un vrai plaisir d'écoute qui ne dure qu'1h10 !

    On en redemanderait !

     

    Sept Nouvelles de Guy de Maupassant

    Sept Nouvelles de Guy de Maupassant


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique