• 5 méditations sur la beauté de François Cheng

     

     

    Présentation : 

    « En ces temps de misères omniprésentes, de violences aveugles, de catastrophes naturelles ou écologiques, parler de la beauté pourrait paraître incongru, inconvenant, voire provocateur. Presque un scandale. Mais en raison de cela même, on voit qu'à l'opposé du mal, la beauté se situe bien à l'autre bout d'une réalité à laquelle nous avons à faire face. Ce qui est en jeu n'est rien de moins que la vérité de la destinée humaine. » François Cheng

    D’une voix rayonnante, François Cheng trace un chemin éblouissant vers la beauté.

     

    Mon avis : 

    J'ai vraiment fait le mauvais choix en prenant la version audio de ce texte, car même si l'auteur parle très bien, l'écoute nécessite une telle concentration qu'il m'a fallu plusieurs fois revenir en arrière pour bien saisir le sens des propos. Je pense que je suis passée à coté de beaucoup de subtilité.

    Un très beau texte, riche en références picturales ou littéraires, en rappel à la culture chinoise entre autre. 

    5 méditations sur la beauté de François Cheng


    4 commentaires
  • Quelques pas vers l'enfer de Jean Pierre Andrevon

     

    4ème de couverture : 

    N'avez-vous jamais imaginé ce qui vous attend derrière la Porte ? Avant d'y parvenir, un long chemin vous attend. Un livre audio de 6 nouvelles qui vous feront basculer de l'autre côté ! Du vertige de la mort annoncée à la découverte de ce qu'il y au bout du tunnel, teinté d'humour et de sarcasme, ces nouvelles vous posséderont corps et âme ! Jean-Pierre Andrevon prête sa voix captivante à la lecture de ses textes. Du grand art ! 

    Mon avis : 

    Du grand art, en effet, des textes lus par l'auteur de sa belle voix grave, rythme impeccable. Un vrai plaisir.

    Les textes particulièrement sombres où l'on parle de mort, de guerre, de sacrifices... sont pourtant rythmés et poétiques et s'écoutent parfois le sourire aux lèvres. 


    2 commentaires
  • Dolores Claiborne de Stephen King

    Texte lu par Elodie Huber

    4ème de couverture :  

     

    A Little Tall, un meurtre reste inexpliqué depuis trente ans. Joe, le mari de Dolores a disparu le jour de l'éclipse solaire, en 1963. Aujourd'hui, une seconde mort rappelle la première, celle de Vera Donovan une femme cruelle qui employait Dolores Claiborne comme dame de compagnie. La culpabilité de Dolores semble ne faire aucun doute, pourtant l'horreur n'est pas simplement dans le geste criminel mais plutôt dans tout ce qui, années après années, a pu porter une telle noirceur dans l'existence de ces femmes.

     

    Mon avis : 

    La confession d'une femme, Dolores Claiborne, le retour sur sa vie, lu par Elodie Huber est un pur bonheur. On se laisse porter par cette voix, on est avec elle dans le bureau du shérif, on revit avec elle chaque moment de sa vie, son travail, ses relations avec son mari, ses enfants, son employeur. 

    Une histoire prenante où la force des femmes apparait dans toute sa splendeur jusqu’à l'horreur. Des phrases chocs ou très imaginées ponctuent régulièrement ce roman noir, des situations désolantes sont décrites avec forces détails et tellement criantes de vérité qu'elles en deviennent drôles, ce qui donne à l'ensemble un bel équilibre qui ne sombre jamais dans le glauque. La plume de Stephen King quoi !

     

     

    Dolores Claiborne de Stephen King

     

     

    Dans la catégorie "Prénom" en audiolivre

    Dolores Claiborne de Stephen King

     


    2 commentaires
  •  

    La mélodie des tuyaux de Benjamin Lacombe

    +  CD Audio

    Résumé : 

    Puisque Alexandre est un bon à rien, il ira travailler dans cette sinistre usine pleine de tuyaux. Mais le destin en a décidé autrement : grâce à la troupe de saltimbanques qui vient d’arriver et à la musique flamenco, Alexandre va trouver sa voie. Avec émotion et poésie, ce magnifique conte musical, porté par la voix d’Olivia Ruiz et superbement illustré, parle d’ouverture d’esprit face aux préjugés et de révélation de soi.

    Mon avis : 

    Quel bon moment passé à écouter ce texte lu par Olivia Ruiz agrémenté de  musiques tziganes et magnifiquement illustré par l'auteur dans un maxi format. 

    L'histoire de ce garçon considéré comme un bon à rien et qui va se révéler avoir un don pour jouer de la guitare, nous fait découvrir cette communauté souvent rejetée : "les gitans" ," les romanichels" "les voleurs de poules". D'une simple rencontre faite au hasard va naître un musicien hors pair, un autre regard porté sur ce "peuple", une histoire d'amour, tout simplement une autre vie que celle qui était destiné à ce jeune homme de 13 ans.

    Une belle découverte que même mon fils de 5 ans a apprécié.

     

    La mélodie des tuyaux de Benjamin Lacombe

    La mélodie des tuyaux de Benjamin Lacombe

     


    6 commentaires
  • Laissez moi de Marcelle Sauvageot

     

    Résumé : 

    Dans un sanatorium, en exil hors de la vie, une jeune femme reçoit une lettre de l'homme qu'elle aime : "je me marie.... notre amitié demeure..." Lucide, sobre, précis, le livre est sa réponse. Avec un esprit et une sensibilité à vif, aiguisés par la maladie, les insomnies et la proximité de la mort, l'auteur analyse ce qu'a été leur histoire. Se dessine alors le portrait d'une femme sensible, sincère et d'une rare exigence qui, a plus fort de la passion, aura sur obstinément préserver "un petit coin qui ne vibre pas", qui regarde, analyse, mesure et juge : "il ne faut pas être absent de son bonheur"

    Mon avis : 

    Un roman juste et encore très actuel sur les interrogations que l'on se pose sur la relation amoureuse. L'autre m'aime t il autant que je l'aime ou est ce de l'amitié depuis le début ?

    Elle revient sur les détails de leur vie amoureuse avec un autre regard depuis cette annonce si brutale. Elle vient même à douter de ses propres sentiments. Nous décortiquons avec elle la relation en se posant soi même quelques questions.

    Un très beau texte que j'ai quand même eu du mal à écouter : la voix de Fanny Ardant m'a été quasiment insupportable au point que je me suis fait violence pour prendre le 2d CD. Je trouve qu'elle donne à l'histoire un ton désespéré que les propos ne tiennent pas, ses respirations décalées m'ont vraiment gênée.

     Edité sous le titre "Commentaire" en 1934 il répond au challenge

    Laissez moi de Marcelle Sauvageot

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique