• Songe à la douceur de Clémentine Beauvais.

    Songe à la douceur de Clémentine Beauvais.

    4ème de couverture

    Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c'est l'été, et il n'a rien d'autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant et plein d'ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse, et lui, semblerait-il, aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon.

    Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s'est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s'aperçoit, maintenant, qu'il ne peut plus vivre loin d'elle. Mais est-ce qu'elle veut encore de lui ?

    Songe à la douceur, c'est l'histoire de ces deux histoires d'amour absolu et déphasé - l'un adolescent, l'autre jeune adulte - et de ce que dix ans, à ce moment-là d'une vie, peuvent changer. Une double histoire d'amour inspirée des deux Eugène Onéguine de Pouchkine et de Tchaïkovski - et donc écrite en vers, pour en garder la poésie.

    Mon avis

    J'étais très heureuse de trouver ce roman à la bibliothèque suite à plusieurs avis que j'avais lu et l'intervention de l'auteure à la grande librairie, j'étais très motivée... Et bien quelle déception ! Je n'ai pas été emportée comme beaucoup par le style entre poésie et théâtre, ni par la mise en forme, ni même par les personnages ou l'histoire. 

    Je ne vais pas quand même dire que rien ne m'a plu mais j'ai eu l'impression de lire une nième romance pas très originale, un amour d'adolescence qui n'aboutit pas que l'on retrouve 10 ans plus tard, avec ce retour en arrière, ce si j'avais su, ce si ça s'était passé autrement....

    Je n'ai pas ressenti d'émotions, je ne me suis pas attaché ni à Eugène qui rumine trop et n'ose ni à Tatiana en perpétuelle attente et que ne décide rien. 

    L'avis enthousiaste de Gambadou.

    dans la catégorie ALIMENT/ BOISSON

    Songe à la douceur de Clémentine Beauvais.

    Songe à la douceur de Clémentine Beauvais.

    « 3 minutes à méditer de Christophe AndréWonderpark de Fabrice Colin »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Mercredi 28 Juin à 12:49

    J'ai beaucoup aimé mais en même temps je comprends parfaitement que l'on puisse passer à coté d'un roman aussi "décalé".

      • Mercredi 28 Juin à 14:55

        merci de ta compréhension ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :