• Le livre que je ne voulais pas écrire de Erwan Larher

    Le livre que je ne voulais pas écrire de Erwan Larther

    4ème de couverture

    Je suis romancier. J'invente des histoires. Des intrigues. Des personnages. Et, je l'espère, une langue. Pour dire et questionner le monde, l'humain. Il m'est arrivé une mésaventure, qui est une tuile pour le romancier qui partage ma vie : je me suis trouvé un soir parisien de novembre au mauvais endroit au mauvais moment ; donc lui aussi.


    Erwan Larher écrit à la main, ce qui lui laisse peu de temps pour faire autre chose de sa vie.

    Mon avis

     Bruit de pétards se demander ce qui se ...  est ce dans le show ou ... "Couchez-vous ! Couchez vous !" (Qui sont les héros  qui hurlent cet impératif sous le feu ?) Tu te jettes au sol.

    Bruits de pétards tu tournes la tête à gauche étincelles bouts de plâtre qui tombent est ce  dans le show ou... "Couchez vous ! Couchez vous ! "Tu te jeter au sol.

    Bruit de pétards tu captes sur la scène un des musiciens interdit exposé deux autres se carapatent ce n'est pas dans les show "Couchez-vous ! Couchez vous !" Tu te jettes au sol.

    Erwan était au Bataclan le soir des attentats et parce qu'il est écrivain ses amis lui ont demandé d'écrire. Il n'avait pas envie d'où le titre ! Puis la proposition a fait son chemin et il nous propose ici non un témoignage, non un roman mais un objet littéraire. 

    Objet littéraire où il convoque ses mémoires intérieures et extérieures, "ces vues de dehors" qui racontent leur soirée, dans l'inquiétude, l'attente, ... Aller-retour au fil des pages entre ce qui se passe dans la salle de concert et ce que vit chacun de ces amis / connaissance / famille au fil des heures, des nouvelles informations.

    C'est un roman beau, fort, plus léger que à quoi on pouvait s'attendre, assez positif (dans un autre genre que "vous n'aurez pas ma haine" qui aborde aussi ce thème des attentats du Bataclan)

    L'auteur se met aussi  dans la peau des ceux qui lui ont tiré dessus, de la chance qu'il a eu, des réflexions que cela engendre par rapport à ses croyances. Il y parle de la perception du temps

    "L'hyper horreur est une faille spatio temporelle"

    Il y parle surtout d'amour, d'amitié, de la force de l'entourage auquel il n' pas pensé mais qui l'ont porté, protégé malgré lui. 

    C'est vraiment un beau roman à l'écriture sèche et rapide dans les moments tragiques et plus poétiques à d'autres. 

    Le livre que je ne voulais pas écrire de Erwan Larher

    Dans la catégorie OBJET

    Le livre que je ne voulais pas écrire de Erwan Larher

     

     

     

    Le livre que je ne voulais pas écrire de Erwan Larher

    « Baz & The MechanicsLe 6ème Dalaï Lama de Guo Qiang et Zhao Ze »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Mercredi 1er Novembre à 06:34
    Aifelle

    J'espère qu'il arrivera à ma biliothèque, que je puisse le lire.

      • Mercredi 1er Novembre à 13:43

        Fais en la demande peut être ?

    2
    Sandee
    Mercredi 1er Novembre à 21:24

    Coucou ma belle, ce roman doit être très prenant (aux tripes). Bisous

      • Jeudi 2 Novembre à 18:36

        Pas tant qu'on peut l'imaginer. mais très intéressant 

    3
    Samedi 4 Novembre à 21:33

    Mais il l'a écrit quand même ! 

      • Dimanche 5 Novembre à 10:15

        et il a bien fait ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :