• Vaste comme la nuit de Elena Piacentini

    Vaste comm la nuit de Elena Piacentini

    4ème de couverture : 

    "Des habitants qui ont avalé leur langue. 
    Une forêt où rôde un étrangleur de bêtes. 
    Trois maisons isolées en lisière de forêt et l'Eaulne pour frontière..." 

    La capitaine Mathilde Sénéchal n'aurait jamais imaginé retourner sur les lieux de son enfance, un petit village non loin de Dieppe. Mais quand Lazaret, son ancien chef de groupe, lui fait parvenir une lettre sibylline, elle comprend qu'elle va devoir rouvrir une enquête vieille de trente ans. Qu'elle le veuille ou non, le passé ne meurt jamais. Il a même des odeurs, ces odeurs qu'elle sait identifier comme personne et qui sont aussi son talon d'Achille. Il est temps pour elle de sonder sa mémoire défaillante et d'affronter la vérité. 

    Mon avis

    Mathilde décide, poussée par son chef de groupe de reprendre sa vie en mains et enfin comprendre d'où vient cette amnésie qui la bloque dans sa vie et dans ses relations.

    Ce roman est bien long à se mettre en place ce n'est seulement qu'au premier tiers que l'on se retrouve enfin sur le lieu de l'enquête. 

    Avant c'est une succession de faits, présentations rapides et brouillonnes des personnages, de Mathilde, de ce qu'elle croit...A plusieurs reprises, je ne comprenais même pas de qui il était question.  

    Nous voilà donc à Arcourt, là où les faits se sont passés 30 ans plus tôt : disparition inexpliquée de Jeanne, bêtes égorgées, chute accidentelle de Mathilde ayant entrainée ce trou noir. Sous fond de secrets de villages et de famille, de folie ou dépression familiale, rancoeur et autres vengeances ce n'est pas dans une ambiance très sereine que Mathilde doit démêler le vrai du faux surtout quand on ne lui dévoile que quelques bribes.

    Laborieusement  nous aurons le fin mot de l'histoire, mais que c'est long, que c'est emberlificoté. Les personnages sont nombreux et certains brouillent plus l'histoire qu'ils ne l'éclairent et ne m'ont pas paru nécessaires. 

     

    Vaste comme la nuit de Elena Piacentini

    Vaste comme la nuit de Elena Piacentini

    dans la catégorie ADJECTIF

    Vaste comme la nuit de Elena Piacentini

    Vaste comme la nuit de Elena Piacentini

    Vaste comme la nuit de Elena Piacentini

    « C'est moi qui décide de Roland GobelRDV photo #44 »

  • Commentaires

    1
    Samedi 12 Octobre à 06:50
    Aifelle

    Bof, bof, bof ...

      • Samedi 12 Octobre à 10:53

        Oui passes ton tour ! bon weekend 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :