• L'art de perdre de Alice Zeniter

    L'art de perdre de Alice Zeniter

    4ème de couverture

    L'Algérie dont est originaire sa famille n'a longtemps été pour Naïma qu'une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui jamais ne lui a été racontée ? Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu'elle ait pu lui demander pourquoi l'Histoire avait fait de lui un "harki". Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l'été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l'Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ? Dans une fresque romanesque puissante et audacieuse, Alice Zeniter raconte le destin, entre la France et l'Algérie, des générations successives d'une famille prisonnière d'un passé tenace. Mais ce livre est aussi un grand roman sur la liberté d'être soi, au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales.

    Mon avis

    C'est tout une page d'histoire qui nous est dévoilée dans ce roman, la grande histoire vu de l'intérieur dans la famille de Naïma. Tout commence avec la vie simple et tranquille en Algérie du grand père patriarche qui va être pris malgré lui entre l'armée française et le FLN pour finir par devoir quitter sa maison son exploration une partie de sa famille pour se retrouver en France ce pays vénéré mais inconnu qui va l'accueillir sans lui offrir ce qu'il en attendait. 

    J'ai découvert tout ce pan de l'histoire d'Algérie dont on ne parlait pas encore en cours d'histoire. La vie de ces familles à leur arrivée en France, d'abord les camps pour les cités, les problèmes de langues, l'intégration à l'école, le regard quels enfants portent sur leur parent qu'ils voient démunis, tristes. L'envie de se battre pour s'en sortir faire mieux tout en se demandant s'ils en ont le droit. 

    Le roman se lit comme une saga, on a envie de voir comment Ali puis Hamid puis Naïma au fil des générations vont s'installer, s'intégrer et faire avec leur histoire dans cette France qui ne les comprend pas ou leur colle une étiquette. 

    Un livre sur l'identité, la liberté d'être soi. Passionnant. 

     

    Dans la catégorie ART

    L'art de perdre de Alice Zeniter

     

    L'art de perdre de Alice Zeniter

    L'art de perdre de Alice Zeniter

     

    « Printemps des poètes #9Printemps des poètes #10 »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Mercredi 14 Mars à 07:16
    Aifelle

    Je le lirai tôt ou tard ; j'attendrai peut-être le poche.

    2
    Mercredi 14 Mars à 13:01

    Un roman sans nul doute intéressant, mais que je ne peux pas accepter pour mon challenge, malheureusement. Ici, le "er" se prononce "è" et non pas "é". Désolé. 

    Bon après-midi sous le soleil. 

      • Mercredi 14 Mars à 14:04

        Je me doutais ! merci de ton passage. 

    3
    maggyk
    Samedi 17 Mars à 11:49
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :