• L'amie prodigieuse de Elena Ferrante

    L'amie prodigieuse de Elena Ferrante

    Présentation de l'éditeur

    Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu'elles soient douées pour les études, ce n'est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l'école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l'envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des Carracci et des Sarratore, des familles plus aisées qui peuvent se le permettre. Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s'entraident ou s'en prennent l'une à l'autre. Leurs chemins parfois se croisent et d'autres fois s'écartent, avec pour toile de fond une Naples sombre mais en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, après le passage par l'adolescence, à l'aube de l'âge adulte, non sans ruptures ni souffrances. 

    Marina Moncade nous emporte avec passion et tendresse à Naples dans les années cinquante et nous dévoile le portrait de deux héroïnes inoubliables. 

    Mon avis

     Voilà encore un roman qui m'a laissée sur ma faim, alors qu'il a été encensé à sa sortie. 

    La narratrice nous raconte son enfance et son adolescence, à Naples dans les années 50/60, un petit quartier où tout le monde se connait, s'apprécie ou pas et son admiration totale et aveugle pour son amie qui n'a pas l'air de s'en soucier plus que ça. 

    Je me suis profondément ennuyée dans cette écoute, les personnages sont sans profondeur, lisses et même si l'auteur essaie de créer des jeux de rivalité, de vengeance ou de mystère ça tombe à plat. Il y a de plus tellement de personnages que l'on finit par ne plus savoir qui est qui. 

    Le style m'a aussi profondément agacé, avec beaucoup de phrase de construction basique : sujet verbe complément. Des faits du quotidien qui ne devrait pas paraître dans un grand roman parce que ça n'apporte tout simplement rien.

    On en sent à aucun instant l'ambiance de l'Italie, sa chaleur, ses vibrations. Une amie prodigieuse qui m'a laissé de glace. C'est la lectrice Marina Moncade qui a malgré tout sauvé ce livre de l'abandon.

    Thème : mettre en avant une femme

    L'amie prodigieuse de Elena Ferrante

    L'amie prodigieuse de Elena Ferrante

     

    « Citation du dimanche #146 La fille du train de Tate Taylor »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Lundi 16 Janvier à 21:43

    Bon, je le passe tout de suite, celui-là.

    Merci pour cette 4e participation à mon challenge et bonne fin de soirée. 

      • Mardi 17 Janvier à 09:15

        Il est facile celui là cool

    2
    Lundi 16 Janvier à 22:35

    Aie, zut  ! J'ai beaucoup aimé, pour ma part.

    Je te rejoins sur la difficulté de se rappeler qui est qui, en revanche. Avec la version audio, ce n'est pas évident.

      • Mardi 17 Janvier à 09:17

        Oui je pense que la version audio n'aide pas ... mais c'est surtout le style qui m'a freinée ! Je suis en train d'écouter "ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" on peut dire que c'est un peu la même histoire et j'adhère beaucoup plus comme quoi ! 

    3
    Mardi 17 Janvier à 12:14

    Ton avis diffère de biens d'autres beaucoup plus positifs, mais tes arguments sont limpides ;)

    4
    ipanema
    Lundi 23 Janvier à 09:53

    Bon, d'accord ,, alors au suivant !

    Merci, Manika, pour cet avis sincère !   ;  )

      • Lundi 23 Janvier à 20:45

        Et pourtant le Tome 4 je crois vient de sortir et on en entend parler partout !! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :