• Vernon Subutex de Virginie Despentes

    4ème de couverture

    Vous l’attendez depuis deux ans, le voici  !
    Vernon Subutex 3, le retour de Vernon, suite et fin de la trilogie.

    Mon avis

    Alors oui j'attendais depuis 2 ans avant de me lancer dans cette trilogie et ce dernier opus m'a semblé égal aux précédents. Pas de lassitude toujours beaucoup de plaisir à retrouver les personnages, leur changement, leur nouvelle vie. 

    Le rythme est toujours aussi soutenu, pas de langue de bois sur les sujets d'actualité. On ne s'ennuie pas une seconde. 

    J'ai été surprise par la fin mais je n'en dirais pas plus faites vous votre propre idée ! 

    Vernon Subutex de Virginie Despentes

    dans la catégorie PRENOM

    Vernon Subutex de Virginie Despentes

    Vernon Subutex de Virginie Despentes


    votre commentaire
  • Matteo a perdu son emploi de

    4ème de couverture

    Dans un article paru dans El País, Alberto Manguel qualifiait Gonçalo M. Tavares comme étant " l'un des plus ambitieux écrivains de ce siècle ". On ne peut qu'adhérer à ce jugement après la lecture de Matteo a perdu son emploi, invitation étonnante et irrésistible au jeu...

    Aaronson n'a pas toujours été mort.
    Il fut un temps où Aaronson était même, sans exagérer, un être vivant.
    De vingt-sept à trente ans, Aaronson tournait – tel un insecte obsessionnel – autour d'un rond-point.
    Tous les matins, on pouvait voir un homme, entre sept heures et sept heures et demie, faire le tour du principal rond-point de la ville, vers lequel convergeait 60 % de la circulation.


    C'est ainsi que Gonçalo M. Tavares nous invite à suivre les aventures extravagantes de ses personnages : un joggeur, un enquêteur sondeur, un enseignant, un collectionneur de cafards... Jusqu'à l'apparition de son héros, le vrai, Matteo, celui qui a perdu son emploi. Vingt-six individus dont les destins sont liés comme dans un jeu de dominos, la chute d'une pièce entraînant celle de la suivante. 

    Le lecteur avance de surprise en surprise, empruntant simultanément les chemins de l'absurde et de l'intelligence, il découvre au fil des pages une créativité fascinante qui rappelle celle de Kafka, Beckett ou Melville. Un univers où les ambiguïtés sont reines et offrent de passionnantes réflexions sur l'homme, la ville, la vie moderne et l'ironie de l'existence. 

    " L'un des écrivains les plus ambitieux de ce siècle. " Alberto Manguel,  El País

     

    Mon avis :

     

    Roman ou nouvelles, disons petites anecdotes qui se succèdent où le personnage final intervient dans l'histoire suivant. On passe de l'absurde au dramatique, du drôle au fantastique. 

    Les chapitres sont court et facile à lire, les portraits en image de mannequins soutiennent l'intrigue de ce roman. Car intrigue il y a, par là où l'auteur veut nous emmener. La dernière partie explicative est d'ailleurs la bienvenue. 

     

    J'ai particulièrement aimé la nouvelle qui traite des déchets, elle porte un regard sur notre propre façon de consommer, l'accumulation des biens et des déchets et jusqu'où on peut supporter cette accumulation et ses conséquences. 

     

    Matteo a perdu son emploi de Gonçalo M. Taveres

    dans la catégorie PRENOM

    Matteo a perdu son emploi de Gonçalo M. Taveres

    Matteo a perdu son emploi de Gonçalo M. Taveres

     


    2 commentaires
  • Citation du dimanche #179


    4 commentaires
  • RDV photo #34

     

    Après les figues normandes ceux sont les pêches du Périgord que j'ai envie de partager avec vous. De bleus petites pêches rouges et sucrées qui étaient au nombre de 6 sur notre arbre pour la seconde année.

    D'autres participations chez Patricia

     

    RDV photo #34


    4 commentaires
  • Le secret de la manufacture de chaussettes inusables de

    4ème de couverture

    Eté 1938. Layla Beck, jeune citadine fortunée, refuse le riche parti que son père lui a choisi et se voit contrainte, pour la première fois de sa vie, de travailler. Recrutée au sein d'une agence gouvernementale, elle se rend à Macedonia pour y écrire un livre de commande sur cette petite ville. L'été s'annonce mortellement ennuyeux. Mais elle va tomber sous le charme des excentriques désargentés chez qui elle prend pension. Dans la famille Romeyn, il y a... La fille, Willa, douze ans, qui a décidé de tourner le dos à l'enfance... La tante, Jottie, qui ne peut oublier la tragédie qui a coûté la vie à celui qu'elle aimait... Et le père, le troublant Félix, dont les activités semblent peu orthodoxes. Autrefois propriétaire de la manufacture, cette famille a une histoire intimement liée à celle de la ville. De soupçons en révélations, Layla va changer à jamais l'existence des membres de cette communauté, et mettre au jour vérités enfouies et blessures mal cicatrisées.

    Mon avis

    C'est avec un peu d'appréhension que j'ai attaqué ce pavé. J'avais tellement aimé "le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates" écrit en duo avec sa tante que j'avais peur que Anne Barrows ne surfe sur la vague et ne soit pas à la hauteur, il n'est en rien. 

    Après avoir planté le décor de cette petite ville de Virginie où arrive Layla, nous voilà dans l'intimité de cette famille singulière où elle va devoir vivre pendant un été et allait de surprise en surprise. 

    Des personnage haut en couleur, des rebondissements, des secrets de famille enfin révélés, sur fond problèmes de société américaine on ne s'ennuie pas une seconde tout au long de ces presque 700 pages. 

    Un roman divertissant idéal pour l'été.

    En lecture commune avec Enna.

    Avec 696 pages 

     

     

    Le secret de la manufacture de chaussettes inusables de

    Dans la catégorie OBJET

    Le secret de la manufacture de chaussettes inusables de

    Le secret de la manufacture de chaussettes inusables de  N°12 pendant l'été

    Le secret de la manufacture de chaussettes inusables de


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires