• Printemps des poètes #5

    Calme jardin, 

    Grave jardin,
    Jardin aux yeux baissés au soir
    Pour la nuit
    Peines et rumeurs,
    Toutes les angoisses bruissantes de la ville
    Arrivent jusqu'à moi, glissant sur les toits lissent,
    Arrivent à la fenêtre
    Penchée, tamisées par feuilles menues et tendres et pensives.
    Mains blanches,
    Gestes délicats,
    Gestes apaisants.
    Mais l'appel du tam-tam
                                    bondissant
                                                   par monts
                                                               et
                                                              continents,
    Qui l'apaisera, mon cœur,
    A l'appel du tam-tam
                                bondissant,
                                              véhément,
                                                          lancinant? 

     

    extrait des « Jardins de France », 1960

    Léopold Sédar Senghor (Sénégal ; 1906-2001)

    « Des cartes juste pour le plaisir24 h Photos #9 »

  • Commentaires

    1
    Samedi 11 Mars à 13:01
    Aifelle
    Tu sais que j'ai aperçu Léopold Sédar Senghor il y a bien longtemps. Il était en visite à l'Abbaye du Bec Hellouin (et moi aussi). Il y venait régulièrement.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :