• Un avion sans elle de Michel Bussi

     

    4ème de couverture : 

    Lyse-Rose ou Émilie ? Quelle est l'identité de l'unique rescapée d'un crash d'avion, une fillette de trois mois ? Deux familles, l'une riche, l'autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité de celle que les médias ont baptisée « Libellule ». Dix-huit ans plus tard, un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l'affaire, avant d'être assassiné, laissant derrière lui un cahier contenant tous les détails de son enquête. Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu'à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, la jeune femme va dénouer les fils de sa propre histoire jusqu'à ce que les masques tombent. Hasards et coïncidences ne sont-ils que les ricochets du destin ? Ou bien quelqu'un, depuis le début, manipule-t-il tous les acteurs de ce drame ? 

    Mon avis : 

    Une rétrospective sur 18 ans d'enquête reprise en accéléré par le "peut être" frère de Lily. Une aventure bien menée, facile à lire qui va de rebondissements et nouveaux faits. Un pressentiment qui va vite se révéler exactement même si on ne sait pas vraiment comment.

    Une lecture agréable que je mettrais dans mes lectures d'été, Michel Bussi un nouveau Marc Levy ? Mais quand même addictif car j'ai envie de lire "ne lâche pas ma main" et bien sur son dernier "n'oublie jamais"

    Un avion sans elle de Michel Bussi


    8 commentaires
  • L'effleure du mal de Eric de l'Estoile

     

    4ème de couverture : 

    « Même pour une personnalité politique assassinée chez elle, en pleine ville, il vaut mieux ne jamais faire appel au capitaine Leblanc », dit l'Artiste. Le commissaire Beaulieu va pourtant commettre cette erreur. La venue de ce policier mystérieux, aux méthodes singulières, va déchaîner les passions, exacerber les ambitions, révéler les pulsions et faire exploser au grand jour les moeurs les plus sauvages. La partie est sanglante, torride, obscène. Tous les coups sont permis. Tous vont effleurer le Mal qui rôde sous un étrange visage dans cette grande ville de province. C'est l'hécatombe, la descente aux enfers L'Artiste s'en moque, il n'a pas d'états d'âme. Il vient pour la vérité, peu lui importe le reste. Et pourtant... 

     

    Mon avis : 

    Quasiment 2 livres en 1 dans ce polar, une première enquête qui semble résolue, où se mêlent : affaires politiques, sexe, abus de pouvoir et manipulations, puis un autre meurtre et trop de doute pour ne pas croire que les affaires ne sont pas liées. 

    Des personnages bien typées : la femme endeuillée, les collaborateurs ou maîtresse de la victime, des policiers bien sur mais pas de caricatures. L'avancée quasi chronométrée dans le roman donne un rythme à l'histoire qui ne nous laisse pas de répits. Des apartés dans les vies privées de personnages apportent peu de choses si ce n'est le plaisir de l'auteur et un peu de piquant à l'histoire, pas vraiment utilise à mon sens.

    L'enquête se déroule à Rouen et l'auteur nous invite à visiter son site où un diaporama nous attend pour mieux situer l'histoire. Intéressant pour ceux qui connaissent Rouen et St Malo, pas sur que ça ait grand intérêt pour les autres !

    Un bon moment de lecture où l'on ne s’ennuie pas une seconde.

     

    L'effleure du mal de Eric de l'Estoile

     


    4 commentaires
  • l'encre et le sang de Franck Thilliez et Laurent Scalese

     

    4ème de couverture : 

    Au fond d'un vieux garage hongkongais, elle est là. Elle l'attend.

     La machine.

    Il suffit de taper. Et tout s'écrira, dans la réalité. Très vite, l'écrivain William Sagnier comprend qu'il tient là l'instrument de sa vengeance. La femme qui l'a trompé. L'homme qui lui a volé son livre. Tous ceux qui l'ont humilié, utilisé, détruit, le seront à leur tour.

     La vie, la mort, la toute-puissance au bout des doigts, là où se mélangent l'encre et le sang...

     

    Mon avis : 

    Un roman qui court dans lequel on entre rapidement. Un thriller efficace qui va d'horreurs en manipulations sous l'influence du pouvoir et de l'argent. Une machination implacable et ...

    Je n'en dirais pas plus, un roman noir comme je les aime.

     

    Et un de plus pour ma coupe du monde.

      

    l'encre et le sang de Franck Thilliez et Laurent Scalese

     


    2 commentaires
  • L'assassin à la pomme verte de Christophe Carlier

     

    4ème de couverture : 

    Craig, fraîchement débarqué des États-Unis, et Elena , tout juste arrivée d’Italie. Tous deux se trouvent pour une semaine au Paradise : un palace, vrai monde en soi, où l’on croise parfois au bar d’étranges clients. Par exemple cet homme de Parme, mari volage et volubile, découvert assassiné au lendemain de leur arrivée. Entre Craig et Elena naît un sentiment obsédant, fait d’agacement et d’attirance, sous l’œil impitoyable du réceptionniste, auquel rien n’échappe. Ou presque. Dans cette envoûtante et spirituelle fiction à plusieurs voix, chacun prenant à son tour la parole, chacun observant l’autre, épiant son voisin, amour et meurtre tendent à se confondre. En émule d’Agatha Christie et de Marivaux, Christophe Carlier prouve avec maestria que l’accidentel, dans le shaker du grand hôtel, a partie liée avec l’imaginaire. Et qu’un assassin peut être aussi discret que l’homme à chapeau melon de Magritte, au visage dissimulé à jamais derrière une pomme verte.

    Mon avis : 

    J'ai eu beaucoup de plaisir à la lecture de ce roman, assez court (157 pages) où les personnages racontent leur perception des événements à tour de rôle. L’écriture est fluide, sans fioriture. Le regard porté sur la France porte à sourire malgré ses vérités.

    " Les palaces forment une zone franche, où j'étais protégé par l’absurdité de mon acte, mon absence de liens avec la victime et l'incompétence proverbiale de la police française" p. 82

     

    L'avis de MHF


    1 commentaire
  • Qui ? de Jacques Expert

     

     4ème de couverture : 

    1994, Carpentras, résidence pavillonnaire du Grand Chêne. Un lotissement où tout le monde connaît tout le monde, calme et sans histoires. Jusqu’à ce jour de mars, où la petite Laetitia Doussaint, est retrouvée violée et assassinée dans les bois alentours. Crime crapuleux dont l’auteur ne sera jamais identifié. 2013 : Quatre hommes s’apprêtent à regarder à la télé l’émission « Affaires non résolues », dont le thème, ce soir là, est le meurtre de Carpentras. Quatre hommes hantés par l’affaire depuis ce jour où ils ont retrouvé le corps de Laetitia. Tous étaient voisins à cette époque, tous habitaient la résidence du Grand Chêne. Durant l’heure que va durer l’émission, avec son lot de questions et de révélations, ceux-ci se souviennent. Leurs épouses également. Certains secrets reviennent à la surface, des suspicions anciennes, des non-dits. Au terme de l’heure que dure l’émission, le voile sera levé. L’un de nos quatre hommes est en effet bel et bien le coupable du viol et du meurtre de Laetitia. Mais qui ?

    Avec son nouveau roman, Jacques Expert nous offre un formidable jeu de piste et met à l’épreuve la perspicacité du lecteur. Celui-ci saura-t-il trouver avant la fin de l’émission, et du livre, qui est coupable ? Spécialiste depuis longtemps des affaires judiciaires françaises, l’auteur, qui a, en particulier, suivi comme journaliste l’affaire du petit Gregory, nous fait profiter d’une expérience qui confère à son récit un réalisme rare. 

     

    Mon avis : 

    Une construction étonnante où face à une émission de télé chacun revit ce crime horrible. Pas toujours facile à repositionner les personnages, on se laisse quand même prendre au jeu même si on croit connaitre le coupable on change d'avis sans arrêt, on a de nouveaux indices qui nous mènent dans une autre direction puis nous font revenir sur nos premières impressions ... presque 320 pages où l'on fait la girouette.

    Une communauté de personnages ambigus que le drame a fait éclater, des rancoeurs au sein de couple ou des familles, des vies brisées, tout ce là est bien rendu par une écriture précise aussi bien des faits que des sentiments.

    Un bon moment de lecture mais ne restera sans doute pas graver dans ma mémoire

     

     

     

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique