• Qu'un sang bien pur abreuve nos salons de Jean François Pré

    4ème de couverture : 

    Tandis qu'un milliardaire recherche le meilleur sang pour son élevage de chevaux, son épouse, qui monte une pièce de théâtre sur Marie-Antoinette, sélectionne ses comédiens non sur leur talent mais sur leur noble ascendance. Autour de ce curieux couple, bientôt, disparitions et menaces de mort s'accumulent. Très rapidement le sang se met à couler… L'ex-commissaire Langsamer est appelé à la rescousse… Chantilly, Paris, Deauville, la Bourgogne, le Portugal… Georges Langsamer enchaîne les voyages pour résoudre cette nouvelle énigme, très habilement concoctée par Jean-François Pré, notre Dick Francis national, lauréat du Prix de Polar Normand 2020.

    Mon avis : 

    L'ex commissaire Langsamer rencontre Willoughby Snowbridg, un anglais fortuné, propriétaire du cheval N°1 du moment et d'un certain nombre de sociétés pas très claires, dont la femme monte une pièce de théâtre autour de Marie Antoinette avec des acteurs de lignée royale. Alors qu'il se sent menacé, des acteurs commencent à disparaitre, des accidents et des morts arrivent de manière suspecte, Langsamer va mener l'enquête accompagné de Zack, jeune journaliste lui aussi fortuné.

    C'est une enquête assez classique dans le milieu hippique en toile de fond, beaucoup de personnages, des disparitions et des morts qui brouillent les pistes. J'ai eu bien du mal à me faire une idée de ce qui se passer sans que celà me tienne pourtant en haleine. La langue est soutenue voire raffinée, avec une pointe d'humour ce qui ne gâche rien mais n'a pas suffi à me passionner. Une lecture en demi teinte. 

    Merci Qu'un sang bien pur abreuve nos salons de Jean François Pré

     

    Qu'un sang bien pur abreuve nos salons de Jean François Pré

    Qu'un sang bien pur abreuve nos salons de Jean François Pré

    Qu'un sang bien pur abreuve nos salons de Jean François Pré

    Dans la catégorie BATIMENT (4)

    Qu'un sang bien pur abreuve nos salons de Jean François Pré

    Qu'un sang bien pur abreuve nos salons de Jean François Pré

    400 p ( 14789 - 2926)


    4 commentaires
  • Chien 51 de Laurent Gaudé  Chien 51 de Laurent Gaudé

    Mon avis : 

    Après la faillite de la Grèce, Sparak se retrouve "chien" (policier déclassé) en zone 3 de la Magnapole sur laquelle règne la société GoldTex. Les nantis vivent entre eux dans la zone 1 et dirigent ce "monde", en zone 2 se retrouvent les cilariés (citoyens et salariés de Grodtex) voilà pour le cadre. Un jour est retrouvé en zone 3 un cadavre, Zep Sparak va mener l'enquête avec Salia une inspectrice de la zone 2. 

    J'avoue avoir eu un peu de mal à entrer dans ce roman, du mal à comprendre ce monde d'autant que le narrateur revient sur sa vie au temps de la Grèce ! C'est donc vous l'avez compris tout un univers assez particulier auquel Laurent Gaudé ne nous avait pas habitué. 

    Une fois la surprise passée nous suivons l'enquête menée par nos 2 protagonistes, enquête qui n'a pas grand chose d'original où manipulation, chantage, abus de pouvoir, trahison font loi. 

    Une lecture vous l'avez compris en demi teinte. 

    Chien 51 de Laurent Gaudé

    Chien 51 de Laurent Gaudé avec MHF

    Dans la catégorie ANIMAL (3)

    Chien 51 de Laurent Gaudé

    Chien 51 de Laurent Gaudé

    304 p (6609 - 1261)


    5 commentaires
  • Code 93 de Olivier Norek

    4ème de couverture : 

    Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire. 

    Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d'un mystérieux dossier, le " Code 93 " ? 
    Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison... 

    Mon avis : 

    Un corps de jeune fille non identifié par la famille, puis quelque temps plus tard des cadavres mutilés plus ou moins morts, un meurtrier qui semble jouer avec les services de police. Tout celà pour un roman qui ne nous laisse pas une minute de repos. On retrouve le commandant Coste, malmené mais toujours droit dans ses bottes qui ne se laisse pas intimidé et avance coute que coute. 

    J'avais beaucoup aimé "Territoires" et ce nouveau tome m'a également enchantée. Je ne me souviens pas tellement du commandant Coste, mais j'ai retrouvé le style et les détails tellement réalistes qui m'avaient frappée lors de cette première lecture de l'auteur. 

    Encore un bon moment de lecture, pendant lequel on a du mal à lâcher le livre et à passer à autre chose. ça faisait longtemps que ça ne m'était pas arrivé. 

    Code 93 de Olivier Norek

    Code 93 de Olivier Norek N°24 octobre 2022

    Code 93 de Olivier Norek

    360 p (5152 - 1965)


    8 commentaires
  • Il court il court le furet de M.J. Arlidge

    4ème de couverture :

    Southampton, quartier rouge. Le corps d'un homme est découvert. Atrocement mutilé, le cœur arraché. Peu de temps après, un colis est déposé au domicile de la victime. Sur un écrin de journaux, repose... son cœur. Bientôt, un autre corps est retrouvé. Même mise en scène macabre. La peur s'empare de la ville. Pain bénit pour les tabloïds, le tueur en série est bientôt comparé à Jack l'Éventreur. Pourtant, ce ne sont pas les prostituées qui sont visées mais leurs clients. Les victimes, des hommes en apparence bien sous tout rapport, fréquentaient tous en secret les bas-fonds de la ville. Le commandant Helen Grace est chargée de l'enquête. Le tueur est déchaîné. À elle de l'arrêter avant qu'il ne frappe de nouveau.

    Mon avis : 

    Une série de meurtres dans les quartiers malfamés Southampton, met les clients des prostituées un peu sur les dents, tout comme l'équipe de Helen Grace. 

    Une enquête policière rondement menée, avec des meurtres bien sanglants comme j'aime. L' équipe d'enquêteurs est plein de rancoeur et de jalousie et la cheffe d'équipe soumis à chantage par une journaliste. ça met du pulse dans le roman, peut être un peu trop parfois. Les chapitres sont courts, les pages filent sous les doigts on passe un bon moment. 

    Je réalise que c'est la suite de AmTramGram, que je n'ai pas lu, ça ne m'a pas vraiment gênée. 

    Il court, il court, le furet de M.J. Arlidge

    D'un auteur ANGLAIS

    Il court, il court, le furet de M.J. Arlidge

    Dans la catégorie ANIMAL (1)

    Il court, il court, le furet de M.J. Arlidge

    Il court, il court, le furet de M.J. Arlidge

    432 p (1490 - 1490)

     

     


    5 commentaires
  • Joueuse de Benoit Philippon Joueuse de Benoit Philippon

    Mon avis : 

     Zack et Baloo sont amis depuis l'enfance, ils se soutiennent et s'inspirent l'un l'autre et sont surtout un duo de joueurs de poker redoutable. Ils rencontrent Maxine, elle aussi joueuse experte qui fait appel à eux pour la partie du siècle. 

    3 personnages encore une fois bien campés dans ce roman de Benoit Philippon. Dans un style aussi percutant que Mamie Luger , l'autre nous entraine vers une partie où l'avenir de Maxine va se jouer mais pour celà il prend des chemins détournés où s'invite baston et coup bas pour notre plus grand plaisir. 

    Même si j'ai trouvé certains passages too much et certaines situations un peu clichées, j'ai dévoré ce roman le sourire aux lèvres. 

    Joueuse de Benoit Philippon

    Joueuse de Benoit Philippon

    352 (352 - 352)


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique