• Les yeux bleus de Sébastien Didier

    Les yeux bleus de Sébastien Didier

    4ème de couverture : 

    1986. Une famille est assassinée dans sa villa près de Saint-Paul-de-Vence. Le père, la mère et leurs jumeaux d'à peine deux ans. Un crime monstrueux qui demeurera impuni.

    2018. Anthony Delcourt sait que la vie de son fils ne tient plus qu'à un fil. Le petit Maxime a été enlevé en plein jour, dans le jardin de la demeure familiale à Nice. Chaque minute qui passe réduit les chances de le retrouver sain et sauf. 
    Emballement médiatique, services de police et de gendarmerie en ébullition, l'affaire prend rapidement une dimension exceptionnelle. Car l'enfant n'est pas n'importe qui. Il est le petit-fils du millionnaire Claude Cerutti, homme d'affaires à la réputation 
    sulfureuse et puissante figure locale. Celui-ci en est persuadé : à travers cet enlèvement, c'est lui que l'on cherche à atteindre. 
    Lui, son nom, sa famille. Et ses secrets.

     

    Mon avis : 

     

    Deux histoires en une : une famille sauvagement assassinée en 1986 et 30 ans plus tard l'enlèvement d'un enfant, petit fils d'un milliardaire de pouvoir sur la région niçoise. 

     

    Alors que qu'on suit en trame de fond, la reprise de l'enquête du meurtre de 86, c'est l'affaire de 'enlèvement du petit Maxime qui occupe le devant de la scène, les policiers mais surtout le père et le grand père s'en mêlent, chacun à leur façon. 

     

    Tellement d'évènements, de précisions, de personnages que ce roman en devient brouillon. De fausses pistes en manipulations, de secrets en médiatisations, c'est un vrai tourbillon, pas toujours facile à suivre. Et puis le final qui n'en finit pas de rebondir. 

    Tant est si bien que c'est agacée que j'ai fermée ce livre. 

     

    Les yeux bleus de Sébastien Didier

     

    Catégorie 42 : un livre qui comporte au moins 3 morts

    Les yeux bleus de Sébastien Didier

     

    Dans la catégorie COULEUR (2)

    Les yeux bleus de Sébastien Didier

     

    Les yeux bleus de Sébastien Didier

    558 p (4325p - 2339 p)

     

     

     

    « RDV photo #48Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Lundi 22 Février à 14:31

    Il y a des livres que nous n'arrivons pas à lire et souvent des livres beaucoup médiatisés. Je ne vais jamais jusqu'au bout quand je n'accroche pas.

    Je te souhaite une belle semaine.

    Bises.

    Bernadette.

      • Samedi 27 Février à 12:30

        J'ai toujours espoir d'un revers de citation qui améliorera tout. Là c'est surtout à la fin que l'auteur a voulu trop en faire à un moment on sature !

        Bon weekend

    2
    Mardi 23 Février à 07:19
    Aifelle

    Ah c'est dommage, ton billet démarrait bien. Je ne note donc pas.

      • Samedi 27 Février à 12:31

        Moi aussi j'ai bien aimé le début mais il aurait fallu que je m'arrête dès que la première enquête a été résolu. 

    3
    Sandee
    Samedi 27 Février à 20:45
    Sandee

    Coucou ma belle, c'est dommage qu'on s'y perde. Bisous

      • Dimanche 28 Février à 16:15

        Surtout à la fin, ça laisse une mauvaise impression ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :