• Le roman de Jeanne et Nathan de Clément Camar-Mercier

    Le roman de Jeanne et Nathan de

    4ème de couverture : 

    Ce livre est un choc, une violence faite au corps que l’époque terrasse. Un roman entre tragédie et conte d’amour – Vous plait-il d’entendre un beau conte d’amour et de mort ? –, porté par une langue puissante, une dramaturgie épique, un rythme cinématographique, des personnages inoubliables.
    L’histoire de Jeanne et Nathan est celle d’un réel que l’addiction met à distance, qu’elle rend supportable ou transcende en le falsifiant. Réunis, ils s’inventent un monde, une destination, un rêve de bonheur. Leur romantisme c’est l’amour fou de Tristan et Iseut ; leur échappatoire celle des enfants perdus de Peter Pan. Un envol.

    Mon avis : 

    Jeanne est actrice pornographique. Nathan est professeur en Université. Tous deux tiennent le coup grace aux drogues. Un jour ils se rencontrent c'est le début d'une autre vie. 

    Nous suivons dans un premier temps parallèlement la vie de l'un et de l'autre. L'écriture est trash et précise, sans doute fortement documentée : les passages de tournages sont particulièrement éprouvants, ceux sur la drogue tout aussi réalistes. Les deux personnages sont bien décrits, Jeanne un peu plus crédible que Nathan. On sent le dégout d'eux mêmes, la solitude, la vie qui n'a plus de sens, l'emprise de l'autre ou de la société sur soi, l'addiction, ...

    Puis tout bascule avec la rencontre et l'espoir qui revient, l'amour, l'envie d'un autre monde, la fuite pour se reconstruire, sur fond de pandémie. Cette seconde partie est plus courte, moins précise, plus rapide aussi. 

    J'ai vraiment été bluffée par cette écriture, l'hsitoire est dure, éprouvante jusqu'à la fin mais cela faisait bien longtemps qu'un roman ne m'avait pas bousculée comme ça. 

    Le roman de Jeanne et Nathan de Clément Camar-Mercier

    Dans la catégorie PRENOM (4)

    Le roman de Jeanne et Nathan de Clément Camar-Mercier

    Le roman de Jeanne et Nathan de Clément Camar-Mercier

    352 p ( 4987 - 352)

    « Vieilles crapules de Lapuss et Julien Flamandhungry ghost de Victoria Ying »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Sandee
    Lundi 4 Mars à 16:54
    Sandee

    Coucou, ça doit bousculer un peu, comme histoire, j'imagine. Bisous

      • Jeudi 14 Mars à 19:42

        Oui c'est assez bousculant et bluffant

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :