• La solitude des nombres premiers de Paolo Giordano

    La solitude des nombres premiers de Paolo Giordano

     

    4ème de couverture :

    Les nombres premiers ne sont divisibles que par 1 et par eux mêmes ; soupçonneux et solitaires, certains possèdent cependant un jumeau dont ils ne sont séparés que par un nombre pair. Mattia, jeune surdoué, passionné de mathématiques, en est parsuadé : il compte parmi ces nombres, et Alice, dont il fait la connaissance au lycée, ne peut être que sa jumelle. Même passé douloureux, même solitude à la fois voulue et subie, même difficulté à réduire la distance qui les isole des autres. De l'adolescence à l'âge adulte, leurs existences ne cesseront de se croiser, de s'effleurer et de s'éloigner dans l'effort d'effacer les obstacles qui les séparent.

    Paolo Giordano scrute avec une troublante précision les sentiments de ses personnages qui peinent à grandir et à trouver leur place dans la vie. Ces adolescents à la fois violents et fragiles, durs et tendres, brillants et désespérés continueront longtemps à nous habiter.

    Mon avis :

     Un roman qui commence comme un recueil de nouvelles, des bribes de vie de 2 personnages Mattia et Alice, 2 êtres qu'un événement changent profondément et à partir de là 2 solitudes qui vont se croiser avec leur difficulté de vivre avec les autres.

    2 personnages tellement blessés qu'ils ne m'ont pas touché plus que ça. Je n'ai pas ressenti l'émotion attendu je dirais même que j'appréhendais un peu chaque soir à reprendre ce livre que j'ai trouvé laborieux.

     

    Traduit de l'italien

    La solitude des nombres premiers de Paolo Giordano

    La solitude des nombres premiers de Paolo Giordano

    Le film est un peu plus intéressant même si le découpage est complétement différent, que l'on s'y perd un peu et qu'on ne comprend pas tout surtout au début où cela reste assez elliptique.

    Les acteurs à chaque tranche d'âge sont justes et le film est quand même moins dramatique que le livre.


    La Solitude des nombres premiers

    « Citation du Dimanche #86Anticyclone de Etienne Davodeau »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Mardi 20 Octobre 2015 à 06:01
    Aifelle

    Je n'avais pas été très touchée non plus, j'en garde le souvenir d'un livre assez froid.

    2
    Mardi 20 Octobre 2015 à 13:31

    Si c'est laborieux je passe sans regret.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :