• L'assassin à la pomme verte de Christophe Carlier

    L'assassin à la pomme verte de Christophe Carlier

     

    4ème de couverture : 

    Craig, fraîchement débarqué des États-Unis, et Elena , tout juste arrivée d’Italie. Tous deux se trouvent pour une semaine au Paradise : un palace, vrai monde en soi, où l’on croise parfois au bar d’étranges clients. Par exemple cet homme de Parme, mari volage et volubile, découvert assassiné au lendemain de leur arrivée. Entre Craig et Elena naît un sentiment obsédant, fait d’agacement et d’attirance, sous l’œil impitoyable du réceptionniste, auquel rien n’échappe. Ou presque. Dans cette envoûtante et spirituelle fiction à plusieurs voix, chacun prenant à son tour la parole, chacun observant l’autre, épiant son voisin, amour et meurtre tendent à se confondre. En émule d’Agatha Christie et de Marivaux, Christophe Carlier prouve avec maestria que l’accidentel, dans le shaker du grand hôtel, a partie liée avec l’imaginaire. Et qu’un assassin peut être aussi discret que l’homme à chapeau melon de Magritte, au visage dissimulé à jamais derrière une pomme verte.

    Mon avis : 

    J'ai eu beaucoup de plaisir à la lecture de ce roman, assez court (157 pages) où les personnages racontent leur perception des événements à tour de rôle. L’écriture est fluide, sans fioriture. Le regard porté sur la France porte à sourire malgré ses vérités.

    " Les palaces forment une zone franche, où j'étais protégé par l’absurdité de mon acte, mon absence de liens avec la victime et l'incompétence proverbiale de la police française" p. 82

     

    L'avis de MHF

    « Citation du dimanche #21Mauvais genre de Chloé Cruchaudet »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 17 Juin 2014 à 06:57
    Aifelle

    Pourquoi pas, surtout que c'est un poche sarcastic

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :