• De terre et de mer de Sophie Van Der Linden

    De terre et de mer de Sophie Van Der Linden

    4ème de couverture

    "J'ai fait une rencontre surprenante dans le train. Un peintre chinois, parlant français. Dans la peinture chinoise, m'a-t-il expliqué, le spectateur n'est pas extérieur au tableau, il est au contraire plongé dans un paysage qui est une composition de différents lointains. On n'observe pas le paysage, on y séjourne, on s'y promène, on y voisine..."
    Henri, un jeune artiste, arrive après un long voyage sur l'île de B. Il est venu rendre visite à Youna, la femme qu'il aime et qui s'est détournée de lui. L'action se passe au début du 20ème siècle en Bretagne, et se déroule en vingt-quatre heures. Le lecteur, voyeur, va suivre les tribulations d'Henri sur l'île pendant cette journée fatidique. Comme dans un véritable tableau chinois, il séjournera dans ce paysage magique et poétique. Il fera de multiples rencontres. Jusqu'à la chute finale - et tragique. De terre et de mer est le troisième roman de Sophie Van der Linden. L'auteur confirme encore ici son talent et, comme dans La Fabrique du monde, explore avec acuité les liens qui se tissent et se défont dans la relation amoureuse.

    Mon avis

    Dès que j'ai vu que cette auteure sortait un nouveau livre, je me suis précipitée ... j'avais tellement envie de retrouver cette écriture douce et reposante découverte dans "la fabrique des mondes"

    Et le plaisir était là, dans cette histoire toute en finesse qui se déroule sur 24h,... Nous ouvrons le livre en embarquant et le refermons avec le retour sur le continent, une seule journée, sur une ile de Bretagne où malgré la violence de certaines situations, tout n'est que poésie, émerveillement, découverte et sensation. 

    "Le vent doux soufflant sur son visage l'invitait à respirer profondément. De là-haut, il ressentit la mer plus qu'il ne la voyait, vaste et puissante masse noire cassée par le ressac venant se fendre sur les rochers en contrebas. Partout autour de lui, le ciel étoilé imposait sa présence magistrale dans cette parure veloutée immensément arrondie qui ramassait le vaste écorché terrestre assoupi. Henri se sentait pris dans cette infinité, et dans cette ile qui, sans être la sienne, lui suggérait néanmoins un attachement d'une similitude, en même temps que l'espoir non encore strictement déchu d'une terre promise à l'avenir et à l'amour."

    "Henri sortit enfin de sa torpeur et se dégagea brutalement de l'étreinte soyeuse, surprise et troublé par cette agression voluptueuse"

    Comme dans un tableau dans lequel nous devenons acteur, nous cheminons avec Henri et c'est là dans cette parenthèse que tout se joue. J'ai vraiment aimé cette parenthèse contemplative, tellement éloigné de la frénésie environnante. 

    De terre et de mer de Sophie Van Der Linden

    Dans la catégorie VOYAGE

    De terre et de mer de Sophie Van Der Linden

    « La porte rouge de Valentine Goby et Hortense VinetLa ballade de Gueule Tranchée de Glenn Taylor »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Vendredi 23 Décembre 2016 à 06:44
    Aifelle

    Un titre que j'ai noté dès sa sortie ; je le prendrai à la bibliothèque.

    2
    Vendredi 23 Décembre 2016 à 08:29

    C'est vrai que ce petit livre contemplatif fait un bien fou !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :