• Anatomie de l'amant de ma femme de Raphael Rupert

    Anatomie de l'amant de ma femme de Raphael Rupert

    4ème de couverture

    A trop fréquenter la littérature, il arrive qu’on tombe dedans. Lecteur invétéré, époux d’une écrivaine nantie d’un petit renom, architecte en rupture de plans, le héros de ce premier roman n’est pas avare de confidences sur son grand projet : écrire un livre, lui aussi.

    Mais son écran d’ordinateur ne se remplit que d’images qui ralentissent son travail tout en accélérant son flux sanguin…Les affres de la création deviennent de terribles compagnons dont on se distrait d’un poignet actif.

    Alors, le jour où par ennui ou par dépit, notre homme commet l’incorrection de parcourir le journal intime de sa femme, il en est puni par une découverte qui porte un nom : Léon, et par une révélation : c’est un amant hors normes.

    Affolé, vexé mais stimulé, il se lance dans une enquête qui a tout d’une quête : pourquoi chez lui sexualité et littérature sont-elles autant liées ? Cet amateur de théories cocasses s’épanche et nous entraîne, l’air de rien, dans la dernière des grandes aventures : celle qui mène à soi.

    Un livre réjouissant avec des hauts, débats, et quelques ébats.

    Mon avis : 

    Sous prétexte d'écrire lui même un livre, le narrateur nous entraine dans les méandres de la recherche de l'inspiration ... trouver le sujet non traité, errer, surfer sur le net et de fil en aiguille finir sur les sites pornographiques, s'interroger sur sa sexualité, s'exciter, se soulager ... ne pas avancer dans l'écriture alors se comparer à sa femme, essayer de comprendre comment elle travaille pour finir par tomber son journal intime et en quelques mots la vie bascule. 

    Une quête décalée, dynamique, drôle et bien écrite dans laquelle la sexualité a une grande importance. Remise en cause de la virilité, questionnements sur le couple, la fidélité, la jalousie, la vengeance ... un peu à la façon de Dermot Bolger.

    "Dans la sexualité, on ne fait que tomber, marcher à tâtons, croire, reconnaitre, sentir, penser comme dans une nuit sans lune. Le corps est une boussole dont on se sert pour aller de point en point. On espère que les points dessineront un chemin, puis une route et qu'un jour dans la clarté radieuse d'un rayon de soleil, on arrivera à destination. Mais, comme pour tout, comme pour le bonheur, c'est le chemin qui compte. C'est pourquoi il ne faut rien abandonner du sexe, même ce qui fait mal, ce qui blesse. Lui ouvrir grand les bras. Dans une franche respiration."

    Une lecture sympathique, originale, parfois sans queue ni tête (enfin je me comprends) mais qui m'a fait sourire, et aussi réfléchir. 

    Anatomie de l'amant de ma femme de Raphael Rupert

    « Block 46 de Johana GustawssonRevoir Paris de François Schuiten et Benoit Peeters »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    MHF
    Vendredi 31 Mai à 16:51
    MHF

    Je vais regarder si il est à la bibliothèque ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :